Bouffon - Couverture

Bouffon, Porcel & Zidrou

Bouffon - CouvertureRésumé :

 » Laissez-moi vous conter la cruelle histoire d’un bouffon qui – le sot ! – s’énamoura d’une princesse aussi jolie qu’il était repoussant.
Laissez-moi vous conter l’histoire d’un baiser.
Le plus beau, le plus pur, le plus émouvant des baisers. »

Mon Avis :

Une bande-dessinée surprenante ! Zidrou nous livre une histoire noire, il passe au vitriol nos préjugés ! En effet, on peut dire ce que l’on veut, mais on regarde toujours la beauté extérieure avant de regarder la beauté du coeur !
L’introduction est terriblement cruelle et nous plonge directement dans cette ambiance moyenâgeuse dure et sans pitié qui la caractérise ! La courte vie de la mère de Glaviot, notre bouffon, est effarante et m’a énormément touchée !

Ensuite, nous découvrons cet enfant, difforme, avide d’attention, de connaissance qui est né et a été élevé dans les geôles du Comte d’Astrat ! Il cotoye les pauvres hères qui y sont enfermés, et il est petit esclave personnel geôlier : nettoye les cellules, distribue la nourriture …
Jusqu’au jour où le Comte, en découvrant sa laideur « amusante », décide d’en faire le bouffon de sa fille unique, Livia ! Il devient son jouet, sa chose, son caprice qui la faisait rire, et surtout il tomba éperdument amoureux de la belle jouvencelle !

Glaviot

Glaviot, et ses yeux qui sont sa seule beauté !

Le scénario de Zidrou est servi par le talentueux dessin de Porcel : il met en lumière la beauté de Livia et la laideur de Glaviot à travers leurs vies ! En apparence, et la beauté du coeur n’est pas là on l’imagine ! Glaviot est un rayon de soleil dans le château !!!

Glaviot & Livia

Glaviot & Livia

Une fable noire, très noire, sadique, cruelle, belle et laide à la fois, comme la vie, avec une touche de poésie !
Le ton est juste, la morale vraie, d’une lucidité cynique, avec une certaine forme d’empathie malgré tout pour ses personnages !

Une jolie découverte !

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.