Chère Alice - Couverture

Chère Alice, Cécilia Dutter

Chère Alice - CouvertureRésumé :

« « L’amour que nous faisons avec les mots n’est-il pas le plus beau et en un sens, le plus abouti qui soit ? Je vous crois trop fine, Alice, pour ne pas vous être posé avant moi cette épineuse question. »

Alexandre rencontre Alice au cours d’un dîner mondain, et ne peut s’empêcher de lui écrire le désir qu’elle lui inspire. Mais celle sur laquelle il a jeté son dévolu n’envisage pas de vivre une relation adultère, et encore moins avec le mari de sa meilleure amie. D’ailleurs, pourquoi cette femme parfaitement épanouie dans son couple, s’encombrerait-elle de cet homme de vingt ans son aîné ? Alexandre ne se laisse désarçonner ni par les réponses assassines ni par l’ironie mordante de sa correspondante. Touchée par sa persévérance, Alice va finir par lui révéler les arcanes du désir féminin. Mais le désir qui naît entre eux n’est-il pas condamné à rester inassouvi ? »

Coup de Cœur :

Un roman que je n’aurais sans doute jamais ouvert, heureusement Guillaume me l’a envoyé et je lui en suis reconnaissante car ce fut une très jolie découverte, une découverte surprenante !

Je le précise tout de suite, c’est un roman épistolaire, et j’avoue que j’aime beaucoup ce style !
Tout commence par une lettre d’admiration d’un homme, Alexandre, à une femme, Alice, après une rencontre lors d’un soirée entre amis. Il est littéralement tombé sous le charme de cette mère de famille et il lui déclare sa flamme. Elle lui fera une réponse courte et lapidaire : elle est mariée et heureuse ! En plus, il est bien trop vieux, et ça se voit dans son écriture ! Néanmoins, il continuera de lui adresser des courriers, des lettres enflammées de son désir pour elle, de ses fantasmes, de ce qu’il désire vivre avec elle. Si Alice lui réponde manière irrégulière, avec une ironie mordante, même une touche de cruauté, elle finira par être troublée à son tour par sa persévérance, sa prose qu’il adapte en fonction de ses remarques. Petit à petit, elle lui communiquera des éléments du désir féminin, les petits secrets pour éveiller les envies et les fantasmes. Au fil des échanges, de cette correspondance clandestine (n’oublions qu’ils sont mariés et que la femme d’Alexandre est une amie d’Alice !), quelques confidences personnelles vont venir se glisser dans leurs joutes verbales ! On finit par s’attacher à ces personnages tellement humains !

L’autrice fait preuve de beaucoup de subtilité, elle analyse avec intelligence la naissance du désir et le mystère des fantasmes ! Sa plume est élégante, fine, parfois érotique(certains passages sont carrément « hot », « caliente »), avec des touches de tendresse, beaucoup d’ironie et surtout très intrigante ! Un petit roman (moins de 200 pages) qui a les qualités d’un grand et que j’ai refermé à regret ! La fin est nous tombe dessus comme un couperet, et je n’avais rien vu venir !

J’ai désormais envie de découvrir d’autres textes de Cécilia Dutter !!!

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.