Journal d'un loser - Couverture

Journal d’un loser, Jesse Andrew

Journal d'un loser - CouvertureRésumé :

« Au lycée, Greg est totalement transparent. Il ne fait pas partie ni des sportifs, ni des gothiques, ni des intellos, ni des camés, ni des théâtreux, et encore moins des musicos… Quant aux filles, n’en parlons pas : voilà une espèce à proscrire. Bref, Greg vit son ultime année de lycée comme un soulagment cosmique. Mais c’est compter sans sa mère, qui s’apprête purement et simplement à lui faire vivre un cauchemar : tenir compagnie à l’une des anciennes camarades de classe, Rachel, atteinte d’une leucémie. Greg et son acolyte Earl, aussi loser que lui, vont pourtant redoubler d’efforts et se métarmophoser en véritables héros pour lui redonner le sourire. »

Mon avis :

Bof bof bof, voilà vraiment mon sentiment après avoir terminé ce bouquin !!! La preuve, il m’a accompagné pendant une dizaine de jours, ce qui est un record pour moi quand on sait qu’il fait moins de 300 pages …

Pourtant le début était prometteur ! L’auteur a écrit son roman sou la forme d’un journal intime, celui d’un ado américain qui cherche sa place dans son lycée et dans sa vie. C’est comique, on sent le « loser » qui n’aime pas sa vie, et qui s’est créer un cocon d’habitudes plus ou moins confortable.
Avec son ami Earl, il s’amuse à recréer en amateurs, des films célèbres avec la caméra de son père. Il essaye de se fondre dans la masse, et cette passion est son exutoire ! Toute sa vie est bouleversée le jour où sa mère va l’obliger à reprendre contact avec une copine de primaire. Elle vient d’apprendre qu’elle était atteinte d’une leucémie, et leurs mères respectives comptent sur son humour pourri afin de remonter le moral à Rachel. Elle va être la première à regarder leurs films amateurs, et leur donner son avis. Au début, c’est amusant de lire les états d’âme de cet ado. Malheureusement ça n’évolue pas au cours de l’histoire. Earl et Rachel changent, prennent des décisions, mais pas Greg, et c’est vraiment avec soulagement que je l’ai refermé.

Maintenant je crois aussi que je ne m’attendais pas à une littérature pour adolescent et qui m’a semblé avoir ét écrite par un adolescent. Peut-être que si je l’avais lu avec cet état d’esprit j’aurais été plus enthousiaste. Dommage, un rendez-vous manqué…

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.