La ballade de l'enfant gris - Couverture

La ballade de l’enfant gris, Baptiste Beaulieu

La ballade de l'enfant gris - CouvertureRésumé :

« C’est l’histoire de Jo’, jeune interne en pédiatrie à la personnalité fantasque, à qui tout sourit.
C’est l’histoire de No’, un petit garçon de sept ans attachant et joueur, qui est atteint d’un mal incurable et ne comprend pas pourquoi sa maman ne vient pas plus souvent le voir à l’hôpital.
C’est l’histoire de Maria, une mère secrète, qui disparaît à l’autre bout du monde au lieu de rester au chevet de son fils.
Un matin, dans la chambre de l’enfant, survient un drame qui lie à jamais le destin de ces trois êtres.
Jo’ devra tout quitter pour partir sur les traces de Maria et percer ses mystères.

Inspiré par le choc ressenti lors de la disparition de l’un de ses jeunes patients, l’auteur livre une quête initiatique et poétique, semée de recoins obscurs qui s’illuminent. Un magnifique troisième roman, porté par des personnages profondément humains. »

Coup de Cœur :

Une nouvelle lecture commune pleine de sensibilité avec mon cher binôme, Nathalie !

Cette fois-ci, nous avons découvert le dernier roman de Baptiste Beaulieu, un homme que je respecte énormément, j’apprécie énormément sa sensibilité, ses engagements, sa manière très humaines de raconter des histoires, inspirées de son quotidien de médecin généraliste !
J’avais énormément apprécié son premier roman, Alors vous ne serez plus jamais triste, et son premier livre Alors voilà : 1001 vies des Urgences est sur ma liste d’envie depuis trop longtemps ^^

Jo’, le narrateur, est un jeune interne en pédiatrie qui s’investit énormément dans son boulot, au détriment de sa vie privée, qui va s’attacher plus qu’il ne devrait à No’, un garçonnet de 7 ans qui est atteint d’une maladie incurable, et qui ne comprend pas pourquoi sa maman reste parfois aussi longtemps sans venir le voir … Et le personnel médical non plus, il la juge sévèrement et fait tout son possible pour réconforter l’enfant. Jo’ est un de ceux qui va le plus s’impliquer, un lien particulier va se nouer entre eux.
Qui est donc Maria? Pourquoi abandonne-t-elle son fils qu’elle semble pourtant aimer? C’est que Jo’ va tenter de comprendre après « La déchirure », cet événement va bouleverser leurs vies à tous les 3 …

Ce roman est un adorable ovni qui m’a fait vivre de nombreuses émotions, et qui m’a aussi fait pleurer devant l’injustice et la souffrance que subit le petit No’, c’est absolument terrible ce que ces enfants malades doivent supporter ! Et j’ai une admiration sans borne pour le personnel hospitalier qui fait tout son possible afin d’égayer le quotidien de ces enfants !

Baptiste Beaulieu est un homme qui partage sa sensibilité avec beaucoup d’empathie, de douceur et en même temps une grande force ! Il nous raconte une histoire qui mêle avec habilité la réalité, l’imaginaire comme les contes d’antan : c’est merveilleux, lyrique parfois, tragique et toujours pertinent ! Sa plume nous narre l’histoire avec douceur, et fluidité. Dés les premières lignes je me suis attachée à Jo’ et à No’, je me suis interrogée sur le comportement de Maria. La force supplémentaire du roman c’est l’alternance, on voyage entre deux moments à chaque chapitre, avant et après La Déchirure : qui a amené les protagonistes à l’événement et les conséquences de ce moment !
La quête de Jo’s, hanté par le fantôme de No’ va l’amener à parcourir le monde, de Rome à Jérusalem où il fera la rencontre de nombreuses personnes, dont certaines très fantasques, et qui lui permettront d’avancer sur le chemin du deuil. Un vrai chemin initiatique d’un jeune homme touché en plein cœur par la perte d’un jeune patient.

Une histoire qui évoque de nombreux sujets, avec une très grande sensibilité, comme le deuil, la sexualité, l’amour, l’amitié, la religion, et la difficulté d’être mère.
Un roman poétique, doux-amer, à la fois sombre et lumineux, porteur d’un message d’espoir et d’amour, très touchant !
J’en attendais énormément, il lui a manqué quelques petites notes de « je ne sais quoi » pour un vrai coup de cœur.
Je le recommande chaleureusement, avec un plaquette de chocolat et un paquet de mouchoirs !

Citations :

« Nous savions la facilité avec laquelle l’univers brise le verre, brise les enfants, brise les cités des Hommes, brise tout. Qu’est-ce que la mort d’un enfant, sinon un paysage lointain qui tremble, vacille sur ses bases et finalement s’efface ? »

Et n’oubliez pas de lire le billet de Nathalie (Le coin lecture de Nath) 🙂

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.