La Ballade d'Hester Day - Couverture

La Ballade d’Hester Day, Mercedes Helnwein

La Ballade d'Hester Day - CouvertureRésumé :

« C’est l’histoire d’une fille qui ne veut pas aller au bal de promo, d’un apprenti poète qui l’a épousée pour trouver l’inspiration, et d’un petit garçon rondouillard qui, à défaut d’être cow-boy de l’espace, est ravi de tracer la route en camping-car avec eux.
L’équipée sauvage d’Hester Louise Day s’annonce comme un fiasco épique. Parce que la famille, même bricolée, ce n’est jamais un long fleuve tranquille, surtout quand on est recherchés par la police et le FBI. Hester, ça ne la dérange pas d’être rattrapée, mais pas tout de suite, pas trop vite. »

Coup de coeur :

Nouvelle lecture commune avec Cécile du Blog Ce que Marguerite lit qui a été programmée quasiment par hasard car nous avions toutes les deux ce titre dans notre PAL, et je l’en remercie car ça faisait un an qu’il attendait d’en sortir 😉 En effet, j’avais été complètement conquise par le premier titre ce cette nouvelle maison d’édition La belle colère : Dieu me déteste d’Hollis Seamon, un vrai gros coup de coeur ! Donc j’étais impatiente et je craignais un peu cette lecture…

Dés le début, j’ai compris que nous retrouvions un décors et des personnages déjantés pour mon plus grand plaisir ! Hester est une jeune fille qui ne trouve pas sa place dans sa famille et dans la société. Elle entretient une relation des plus conflictuelle avec sa mère qui veut absolument qu’elle soit « normale », qu’elle rentre dans le moule de sa vision du monde, qu’elle fasse des hautes études, qu’elle se marie … Tout ce que Hester n’aime pas ! Le seul endroit où elle sent plus ou moins bien, c’est la bibliothèque. C’est là qu’elle rencontre Fenton Flaherty, un jeune homme qui se prend pour un poète maudit et qui veut écrire une oeuvre torturée sur les femmes ! Il n’est pas un grand romantique, ils commencent une relation des plus atypique et la raison de leur mariage est tellement nébuleuse 😀

Pendant quelques jours, Hester Day et sa famille vont accueillir son cousin, Jethro, un gamin rondouillard passionné par l’espace et les comics ! Suite à une énième discussion stérile avec sa mère, notre héroïne décide de quitter la maison familiale et emmène l’enfant avec elle. Voilà comment commence ce road trip incroyable à travers les Etats-Unis !
C’est drôle et touchant, délirant et déjanté, un vrai paysage post-adolescent émouvant aux personnages terriblement attachants ! Hester, Fenton et Jethro sont géniaux et je me suis attaché à eux dés le début ! Ils nous ont emmené de surprises en découvertes les plus surprenantes les unes que les autres. Bien entendu, ils feront de nombreuses rencontres, et j’avoue un faible pour celle avec Duncan Clyde, un « fou de Jésus », c’est le plus « cinglé » de la bande : j’ai adoré !
Un récit insolent qui m’a fait sourire, rire et surtout voyager avec Hester et ses compagnons de routes ! Il est inclassable ce bouquin : il plaira aux adultes car ça nous rappelle notre adolescence, il parlera aux ados qui se retrouveront dans le personnage d’Hester avec ses doutes, ses questions, ses certitudes … Un titre qui bouscule, qui ne laissera personne indifférents !

Je ne voyais pas vers quoi l’auteur nous emmenait, elle nous offre une jolie leçon de vie grâce à une histoire originale bourrée d’humour (les discussions qu’ils échangent sont justes géniales, et certains dialogues sont vraiment hilarants !). La fin est juste comme il faut, dans le même esprit que tous le reste de l’histoire : politiquement incorrect et original ! J’ai vraiment bien aimé, je l’ai lu rapidement, néanmoins, ce n’est pas un coup de coeur : une belle découverte, une jolie lecture que je recommande !

Citations :

– « Le bonheur, c’est avoir l’esprit tranquille »

–  » Pourquoi tu ne demandes pas à Hannah si elle serait d’accord pour t’emmener avec elle à l’une de ces fêtes où elle va toujours ? »
Eh bien, probablement parce que je préférerais nettoyer des toilettes publiques avec ma langue.

– Je ne crois pas que deux êtres humains puissent être plus mal assortis que nous et pourtant aussi satisfaits que nous l’étions. »Imbéciles heureux », il me semble que c’est ça le terme technique.

Voilà, le lien du billet de Cécile 🙂

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.