La lettre à Helga - Couverture

La lettre à Helga, Bergsveinn Birgisson

La lettre à Helga - CouvertureRésumé :

« De retour pour un été dans la maison où il passa toute sa vie, Bjarni Gíslason écrit à la seule femme qu’il a aimé, aussi brièvement qu’ardemment : Helga. Déclaration d’amour passionnée, hymne à la terre et au mode de vie rural, cette lettre est pour l’ancien éleveur de brebis l’occasion de s’interroger sur les raisons qui poussent un homme à faire la sourde oreille au doux appel de l’amour. »

Coup de Coeur :

Juste WAOUH !!! Quel superbe texte ! Dés sa parution aux éditions Zulma, ce titre m’a largement intrigué : sa couverture était magnifique et le résumé intriguant ! Ensuite, les critiques positives se sont enchaînées. Donc, quand il est paru en poche, j’ai craqué : la couverture était une fois encore très belle ! Je l’ai commencé avec envie et aussi un chouia d’appréhension : c’est toujours ainsi quand j’attends beaucoup d’un roman ^^

Et j’ai été enchantée dés les premières pages ! Le narrateur décide d’écrire une longue lettre à Helga, une femme qu’il a aimé passionnément des années auparavant ! A travers ce courrier, il nous raconte sa vie, ses fantasmes, son rapport avec la nature, son amour pour la terre et son métier. Ce magnifique roman décrit merveilleusement bien son pays, ses traditions, sa nature sauvage, ses habitants sauvages et entiers, les passions, l’agriculture, l’élevage des moutons et les soins que ça nécessite, …
Comme il a 90 ans et comme il sait que ces jours sont limités, Bjarni n’a aucune censure, ou retenue, il livre tout avec sincérité, et il n’a pas peur de nous livrer les tabous qui régissait la société !

Il exprime de manière crue les relations entre les hommes et les femmes : leurs rapports, de sexualité de manière assez bestiale, de pisse (elle sert à tout chez eux !) … Il y a aussi énormément d’amour, de tendresse, et une touche d’humour, dans les mots de Bjarni, de la poésie ( il nous cite plusieurs extraits de poête locaux : superbe ! ), du respect pour les métiers d’antan, les traditions… et aussi beaucoup de regrets à travers des flots de souvenirs parfois légèrement disparates …

Un texte court ( à peine 125 pages), très intense, puissant, fin, émouvant et magnifique : les mots sont durs, riches, empreints de poésie et d’amour ! Il m’a fait voyager en Islande, dans ses coutumes, son quotidien…

Un vrai coup de coeur !!!

Citations :

« J’aurais soif de toi jusqu’à mon dernier souffle. »

« quoi qu’il advint, je savait que mon âme était ici et que je ne l’emporterais pas à Reykjavik »

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.