Là où j'irai - Couverture

Là où j’irai, Gayle Forman

Là où j'irai - CouvertureRésumé :

« Il y a trois ans, il l’a suppliée de rester. À tout prix. Et Mia est sortie du coma. Pour quitter Portland, peu après, pour le quitter lui. C’était le prix à payer. Et la voilà de nouveau en chair et en os. Ce soir, Carnegie Hall est à guichets fermés. Tout New York est venu admirer sa virtuosité au violoncelle. Et Adam s’est glissé dans la salle. Lui, la rock star à la vie dissolue, pourchassé par les paparazzis, il tremble… Souvenirs et mélodies affluent – retrouvailles en si majeur… »

Coup de Coeur :

ATTENTION SPOIL du tome précédent !!! Si vous avez envie de lire ma petite bafouille 😉
Voilà le lien de mon billet et du billet sur son adaptation au cinéma 🙂

Je me suis fais un marathon avec Mia et Adam en quelques jours et c’était vraiment chouette 🙂 Ce titre aussi était une relecture, et ici j’avoue que mes souvenirs étaient terriblement nébuleux, pourtant je l’avais lu il y a environ 3 ans et je l’avais apprécié ! Donc ce fut une vraie redécouverte de ce petit texte ( moins de 250 pages). Cette fois-ci, l’auteur a fait le choix de nous raconter l’histoire du point de vue d’Adam. Ce dernier est devenu une rock-star connue de tous le monde avec son son groupe Shooting Star, et surtout il est terriblement maheureux et névrosé. Le succès a été fulgurant, suite à l’abum Dommage collatéral qu’il a écrit quelques mois après sa rupture avec Mia, et il est incapable de le gérer. Le hasard va remettre Mia sur sa route : elle donne un concert solo et sur un coup de tête, il va y assister. Ca fait plus de 2 ans qu’elle a rompu tous contacts avec lui, et ça l’a plongé dans une profonde dépression, et le succès du groupe ne l’a pas aidé, bien au contraire. Il vit dans ses souvenirs heureux, son histoire avortée avec Mia, l’accident qui les a privé, tous les deux, de ses parents et son petit frère Teddy…

A travers les souvenirs d’Adam, nous découvrons ce qui c’est déroulé dans les mois qui ont suivi le réveil de Mia, ses réactions, sa rééducation, ses choix de vie, les émotions qu’ils ont du apprivoiser, la rupture et ses conséquences …

Le début est un peu, néamoins nécessaire afin de mieux comprendre la nouvelle vie d’Adam. A partir du moment où Mia revient dans l’histoire le rythme s’accélère et j’étais heureuse que les personnages se retrouvent (c’est mon côté midinette trop romantique, j’en suis consciente ^^). Ils ont vécu cet accident de manière très différente, mais ils ont gardé un énorme point commun : la musique ! Ce titre-ci rentre plus dans la catégorie « romance » car c’est vraiment le côté relationel et émotionnel des personnages qui est traité. Malgré tout, l’auteur aborde des sujets graves : le deuil, la reconstruction, la dépression….

Chaque chapitre commence avec les titre et quelques mots des chansons écrites par Adam, ils sont éloquants et parfois même choquant : « Roulette russe », « Cafard », « Déconnexion », « Suture »…. Ces éléments donnent le ton au roman, il est plus sombre, il y a plus « d’action » car les souvenirs alternent avec la vie d’aujourd’hui, et surtout les retrouvailles ! Ces dernières sont cruciales pour nos deux héros, ils parlent enfin, Mia peut raconter sa version de l’histoire, ils communiquent !

Un beau roman, que j’ai trouvé aussi bon que le précédent, il n’y a pas de redites (il pourrait même se lire indépendamment même si je ne le conseille pas), les thémathiques ont différentes et les personnages ont bien évolué ! Une belle réflexion sur le deuil, l’appétit de vivre, les douleurs psychologiques et surtout sur la force de l’amour !!! Une lecture émouvante et plus riche qu’il n’y paraît ! Un dyptique que je recommande chaleureusement !!!

Citations :

– « La dernière fois que j’ai assisté à un récital de violoncelle dans un endroit de ce genre, c’était il y a cinq ans. Mon premier rendez-vous avec Mia. Et comme ce soir-là, j’éprouve une folle impatience, même si je sais qu’aujourd’hui ce sera différent. Je ne l’embrasserai pas. Je ne la toucherai pas. Je ne la verrai même pas de près.
Ce soir, je vais l’écouter. Et ce sera suffisant. »

– « Et je continuerai. J’en suis sûr désormais.
Quitte à la reperdre mille fois, je referais mille fois cette promesse pour l’entendre jouer comme hier soir ou pour l’avoir en face de moi dans le soleil du matin. Ou même simplement pour savoir qu’elle existe quelque part. Vivante. »

– « Le barillet a tourné, un, deux, trois
Tu choisis, dit-ellle, c’est toi ou c’est moi
Métal sur la tempe, fracas assourdissant
Et me voilà couvert de sang
Elle reste debout pas moi »

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.