Les petites lectures de Scarlett

"Une pièce sans livre est comme un corps sans âme" Cicéron

La Plantation - Couverture

La plantation, Leila Meacham

La Plantation - CouvertureRésumé :

« Caroline du Sud, 1835.

Silas Toliver n’a qu’un seul rêve, celui de partir pour le Texas avec sa bien-aimée Lottie, pour y établir une plantation. Mais lorsqu’il est privé de son héritage et se retrouve sans argent, il voit son rêve s’écrouler.

Fille d’un riche propriétaire terrien, Jessica Wyndham a caché un esclave fugitif. Pour laver l’honneur de la famille, son père propose un marché à Silas : il financera son expédition vers l’Ouest s’il accepte d’épouser Jessica et de partir avec elle.

Réussiront-ils à surmonter leurs différences et à vivre heureux ensemble ? Et quelle est cette mystérieuse malédiction qui semble toucher les Wyndham et les Toliver ? »

Coup de Cœur :

Ma première lecture en tant que Lectrice Charleston 2017 avait été Le Ranch des Trois Collines, je l’avais adoré, puis j’avais découvert son premier roman, une romance au pays des cow-boys, Le testament de Ryan ! Quand j’ai eu l’opportunité de découvrir ce texte, j’ai sauté sur l’occasion, et je suis définitivement sous le charme de la plume de l’autrice ! Merci Mathieu et les éditions Charleston pour ce service de presse !
Ce roman est un « préquel » à son premier roman traduit Les roses de Somerset, déjà aux éditions Charleston. Ne l’ayant toujours pas lu, je me suis empressée ensuite de le mettre dans ma PAL urgente !

Nous sommes aux Etats-Unis, première moitié du XIXème siècle, nous découvrons des familles qui vont chercher à se construire une nouvelle vie, dans la liberté ! On suivra pendant près de 70 ans le destin de Jessica, Silas, leur famille et leurs amis ! Tous ensemble se lancent à la conquête de l’Ouest, et de nombreuses épreuves vont jalonner leur chemin !
Jessica est une jeune femme obstinée, intelligente, fougueuse, entière et avec des idées très différentes de son entourage. Sa meilleure amie est une esclave, et elle milite pour l’égalité des hommes, quelle que soit leur couleur de peau. Silas est un jeune homme ambitieux, déçu par le testament de son père et prêt à de nombreux sacrifices pour réaliser son rêve : avoir sa propre plantation qu’il transmettra à ses descendants ! Ces deux caractères forts vont créer des étincelles ! Leur romance sera passionnante à suivre, l’histoire sera racontée de différent points de vue, et ça permet des visions différentes car rien n’est tout blanc ou tout noir ! Les personnages sont charismatiques, et leurs idées radicalement opposées permettent à l’autrice d’expliquer l’importance de l’esclavage pour les propriétaires terriens du Sud. Sans cautionner les atrocités commises sur ces hommes et ces femmes, Leila Meacham, à travers les caractères de Silas et Jessica, nous explique la vie des Sudistes, et l’arrivée progressive de la Guerre de Sécession ! Alors que tout les opposait, ces jeunes gens vont réussir à trouver un équilibre, chacun apportant la possibilité de réaliser ses rêves à l’autres, et ils se créent des bases solides pour un avenir commun !
J’avoue une préférence pour Jessica : elle se veut indépendante, active, généreuse, et elle assume publiquement ses opinions ! Elle veut faire entendre ses idées, ses choix, sans être gouvernée par la domination des hommes ! Elle aime ses proches, sa famille, ses amis, et elle est largement appréciée de son entourage car elle est franche, honnête et directe. A sa manière, elle milite pour la condition de la femme, et l’égalité ! Une belle réflexion féministe que la place de la femme dans la société américaine du XIXème siècle !

Le roman est réellement passionnant à lire : la romance est fascinante, on s’immerge totalement dans l’histoire américaine, on sent à quel point l’autrice s’est documentée méticuleusement. Le scénario est maîtrisé, il n’y a pas de temps mort, chaque personnage a son importance et toute action a son importance, tout est lié ! C’est riche en détails historiques et romanesques, et très fort en émotions ! J’ai versé des larmes à plusieurs reprises, et je l’ai refermé à regrets, je ne voulais plus quitter ces personnages si attachants, malgré leurs défauts ! On suit toute une génération des arrières grands-parents aux arrières petits enfants ! Leur histoire sera jalonnée de mariage, de décès, de naissance, de disputes, d’une guerre d’idéologie, c’est tragique, passionnant, addictif, émouvant : je n’avais aucune envie de les quitter !

Amour, mariages, amitié, trahison, tragédie et triomphe, tous ces ingrédients en font une somptueuse saga familiale et historique, avec en toile de fond l’esclavage, son abolition, la découverte de l’Ouest, la guerre de Sécession, et un résumé d’une partie de l’histoire des États-Unis.

Je suis désormais encore plus impatiente de lire Les Roses de Somerset, le tout premier livre édité par les éditions Charleston et qui raconte les déboires du lieu et de ses habitants plus tard.

Citations :

« – Je vais te dire une chose, Silas William Toliver : si tu te maries selon les termes fixés par cet accord, tes terres du Texas seront maudites ! Rien de bon ne peut sortir de ce qui est construit au prix d’un tel sacrifice, de l’égoïsme et de la cupidité.
Silas avala son wisky d’une traite. La silhouette de sa mère se troubla. Il partirait sans sa bénédiction ; sa rupture avec sa famille serait consommée. Mais il entrevoyait déjà des champs regorgeant de coton, autour d’un manoir prestigieux dont il serait le maître. Son fils grandirait à son côté et, un jour, il transmettrait le domaine de Somerset à ses héritiers.
– Je suis déjà maudit, mère, répondit-il. Le sang des Toliver coule dans mes veines. »

« – Qu’ont-ils donc fait de toi, dans cette école ?
– Ils m’ont confirmé ce que j’ai toujours pensé. Tous les êtres humains naissent égaux et nul n’a le droit de réduire un autre à l’esclavage. »

« C’était incroyable comme les gens que l’on croyait connaître parvenaient encore à nous surprendre et à nous décevoir. »

Lectrice Charleston 2017 - Logo

Intensité du coup de coeur
« »

© 2018 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.