Les Batailles d'Hastings - Couverture

Les Batailles d’Hasting, Eric Havilland

Les Batailles d'Hastings - CouvertureRésumé :

« Espèce d’idiote ! Pourquoi tu m’as fait ce coup-là ? Pourquoi ? Je ne t’aimais pas beaucoup, d’ailleurs personne ne t’aimait. Alors pourquoi moi ? Pour que je n’oublie jamais ce que j’ai vu quand j’ai ouvert la porte de notre chambre au Collège d’Hastings ? Tu avais pourtant l’air heureuse, l’autre jour au match de rugby et puis après au pub. Tu étais presque jolie, j’étais même jalouse.
Tu m’emmerdes, Cynthia, et je ne savais pas qu’on pouvait avoir tant de chagrin.

Éric Haviland explore avec beaucoup de délicatesse le moment si fugace et pourtant si crucial où un événement dramatique fait basculer une adolescente dans l’âge adulte. »

Coup de Coeur :

Surprenant ! Intense !

C’est un texte très court (à peine 120 pages) sur l’adolescence, le passage à l’âge adulte ! L’auteur aborde, avec beaucoup de sensibilité et de finesse dans sa plume, les questionnements d’une adolescente qui est confrontée à la mort brutale d’une camarade de classe, celle qui partageait sa chambre à l’internat… C’est le choc d’abord de la découverte, la mort de Cynthia, la réaction des adultes et des autres adolescents, puis surtout cette question qui tourne en boucle : POURQUOI???

Nous sommes dans un collègue anglais, où la modernité est présente tout comme l’autorité & la discipline ! C’est le genre de lieu qui semble tellement irréaliste pour un tel événement, et pourtant, quand le mal-être est là, le plus beau des lieux ne réussira pas à empêcher l’inévitable … Les adolescentes sont livrées à une expérience inédite douloureuse, et leurs réactions sont intenses et toutes différentes, c’est la force de l’ouvrage : l’auteur n’essaye pas de faire de généralité ! Tout est raconté par Eleanor la camarade de chambre de Cynthia. Elle a beaucoup de mal à mettre des mots sur ses émotions, cherche du soutien dans son entourage : Anna sa meilleure amie, Rody son petit ami, Miss Huntney, un de ses professeurs…

Nous suivons le début du travail de deuil de cette adolescente et des autres jeunes filles jusqu’à l’enterrement, leurs réactions, leurs actes, leurs questions … Qui peut savoir ce qui se passe dans la tête de ces filles? Quels mots peut-on mettre sur leur mal-être?

C’est intense, percutant, doux, poétique et cruel comme l’adolescence peut l’être ! La comparaison avec le merveilleux film de Sofia Copola Virgin Suicide est parfaitement justifiée ! Il n’y a aucune fausse sensiblerie ou mièvrerie, c’est tellement juste, la douleur est là, avec une forme d’élégance liée aux petites victoires sur la vie !

Une découverte que je recommande !

Citations :

Une amie, Cynthia ? Plutôt une camarade de chambre imposée par Miss Huntney.

D’un bond Eleanor sort du bois, agitant frénétiquement la main à l’attention d’Anna et se mêle aux Normands d’Hastings. Elle porte dans ses bras sa camarade morte et va l’ensevelir. Avec eux, à son heure, elle passe le ruisseau. Il va falloir qu’elle se batte, seule avec ce cadavre. Elle remonte la colline, elle part livrer sa bataille.

Cynthia est allée seule au bout du chemin qu’elle voulait prendre. En l’accompagnant, en jouant et en chantant Dowland, vous reconnaissez sa mort et vous en faîtes quelque chose d’autre.

Intensité du coup de coeur

« »

© 2018 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.