Les mots entre mes mains - Couverture

Les mots entre mes mains, Guinevera Glasfurd

Les mots entre mes mains - CouvertureRésumé :

« Helena Jans van der Strom n’est pas une servante comme les autres. Quand elle arrive à Amsterdam pour travailler chez un libraire anglais, la jeune femme, fascinée par les mots, a appris seule à lire et à écrire. Son indépendance et sa soif de savoir trouveront des échos dans le coeur et l’esprit du philosophe René Descartes. Mais dans ce XVIIe siècle d’ombres et de lumières, leur liaison pourrait les perdre. Descartes est catholique, Helena protestante. Il est philosophe, elle est servante. Quel peut être leur avenir ?
En dévoilant cette relation amoureuse avérée et méconnue, Guinevere Glasfurd dresse le portrait fascinant d’une femme lumineuse, en avance sur son temps, et révèle une autre facette du célèbre philosophe français.
Un roman de passion et de liberté qui nous plonge dans une fresque envoûtante des Pays-Bas au « siècle d’or », à la manière de La Jeune Fille à la perle. »

Coup de Coeur :

Un premier roman prometteur et une très jolie découverte !!!

J’avais de très fortes attentes pour ce roman car on le comparait à celui de Tracy Chevalier, une de mes autrices préférées !!!

Nous découvrons Helena, une jeune femme qui travaille comme servante chez un libraire anglais, M. Sergeant. Elle a une particularité, elle a appris à lire et à écrire en suivant les leçons de son frère, ayant depuis quitté la terre ferme, il s’est engagé comme marin. Son employeur est ravi d’héberger un grand écrivain français ! Et il l’accueille très chaleureusement. Helena est rapidement fascinée par le penseur. Elle est curieuse, intelligente, débrouillarde, et elle va devenir une « expérience » aux yeux de Descartes. En effet, à l’époque, il était choquant qu’une femme sache lire, écrire, surtout une femme de sa condition. Son employeur l’a empêché de s’exercer à l’écriture alors que l’étranger va encourager ses curiosités. Tout comme le fait qu’elle enseigne ses maigres connaissances à une servante travaillant chez un voisin. Il sera fasciné par la jeune femme , et une histoire d’amour va naître entre eux. Elle est vouée à l’échec par leurs différences de religions, de statuts sociaux, d’âges, de nationalités …

L’autrice a utilisé des sources véridiques faisant preuves d’une relation entre Descartes et une jeune domestique hollandaise. Cette histoire aurait duré plusieurs années. C’est tout à fait fascinant de voir comment cette relation a été ambiguë à causes de leurs différences : Helena l’a toujours vouvoyer et appeler Monsieur. Descartes aussi était particulier, il a prit soin de la jeune femme, il l’a écouté et en même temps à certains moments il l’a renvoyait à sa condition ! En utilisant des éléments vérifiés, l’autrice a brodé une belle histoire, elle a cherché à comprendre ce qui s’est passé entre eux, la vie compliquée d’Helena. La jeune femme a eu une existence peu conventionnelle : trop émancipée pour l’époque, dans une société encore complètement sous la coupe de l’Eglise. Chaque situation importante de la vie de notre héroïne est soigneusement décrite. En faisant cela, nous apprenons également les nombreuses injustices de l’époque : les viols sur certaines domestiques, le paiement des gages au bout d’un an de travail, le manque de nouvelles de sa famille, les ragots qui peuvent ruiner une réputation.
Il y a également une belle description des lieux et son environnement. Ca m’a permit de visualiser les Pays Bas de l’époque, dont Amsterdam. C’est très immersif !

L’écriture de l’autrice est fluide, elle crée un joli suspense en faisant quelques sauts dans le temps. Le vocabulaire est fin, et sensible qui véhicule de nombreuses émotions ! On s’inquiète pour Helena, son entourage. Les personnages secondaires, Monsieur Sergeant, Limousin, Betje, Francine sont soigneusement documenté, et ils ont tous une importance à un moment donné dans la vie de la jeune femme.

Un fresque historique et romanesque qui se révèle très touchante et très instructive ! A découvrir

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.