L'Intégriste malgré lui - Couverture

L’intégriste malgré lui, Mohsin Hamid

L'Intégriste malgré lui - CouvertureRésumé :

« Lahore, Pakistan, de nos jours. Un homme est assis à la terrasse d’un café. Le jeune Tchenguiz l’aborde, croyant reconnaître en lui un Américain. D’emblée il lui dit son amour inconditionnel des États-Unis, s’assied à côté de lui, puis se lance dans un long récit… Il raconte comment il a accompli son rêve d’enfance en partant faire ses études aux États-Unis. Brillant diplômé de Princeton, engagé sans embûche par une prestigieuse entreprise, il a aussi rencontré l’amour : Erica, blonde aux yeux bleus. Bref, une success story à l’américaine, et un modèle d’intégration. Mais un jour, le 11 septembre 2001, tout a basculé. Ce fut le début d’une longue fuite en avant… Dans ce monologue tout en fausse candeur, Moshin Hamid pose des questions humaines, sociales et politiques fondamentales sur notre monde actuel, sur les relations entre les peuples et les individus, et sur le sens toujours trouble de nos identités et de nos ambitions. »

Coup de Coeur :

Un roman qui pousse à la réflexion, que j’ai lu juste après les évènements qui ont secoué notre monde en ce début d’année, c’était ma forme de rébellion contre les amalgames qui se font dans les esprits, avec l’espoir d’y trouver des réponses….

Ce fut un roman en deux parties à mes yeux : la première m’a énormément plue ! Elle pose notre jeune héros, elle explique l’arrivée de Tchenguiz aux Etats-Unis, sa volonté de réussir avec succès ses études, son intégration dans la société américaine. Cette dernière l’impressionne au début puis elle le fascine tout en le déstabilisant à plusieurs reprises… C’est compliqué de vivre dans une civilisation différente, il est coincé entre fascination et rejet car il ne trouve pas de place qui lui corresponde à lui et sa mentalité. Il va rencontrer l’amour en la personne d’Erica, une jeune américaine type.
Mais les évènements du 11 septembre vont tout faire basculer ! Ici commence la deuxième partie. Bien entendu Tchenguiz va se poser énormément de questions, vivre le racisme à cause de sa couleur de peau et de sa religion (il n’est pas pratiquant, il a été élevé avec l’Islam). Pourtant la religion n’interfère pas dans sa vie : il boit, il fume, il a des relations sexuelles alors qu’il n’est pas marié, mais ça les autres ne le voient pas … Les attentats ont bouleversés trop de vies …  Tout ceci il le supporte, mais ce qui se passe aux frontières de son pays, et qui le menace ainsi que sa famille, ça le mine !!!
Je le comprends, il se sent impuissant, et ressent un énorme sentiment d’injustice envers sa famille. Malheureusement c’est à partir de là que j’ai un peu décroché, j’ai eu l’impression que l’auteur avait posé plusieurs questions, plusieurs thématiques très intéressantes, sans les aboutir, sans donner de réponses, ça m’a frustré. Et la fin ouverte, beaucoup trop à mon goût, m’a laissé un petit goût amer… Terminer le roman avec une question, je n’aime vraiment vraiment pas !

Donc de bonnes idées, une thématique intéressante, un début prometteur, malheureusement ça s’est essoufflé vers la fin: agréable, sans plus, car une impression d’inachevé … Dommage ou alors je ne l’ai justement pas lu au bon moment …

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.