Affiche - Noé

Noé

Affiche - NoéRésumé :

« Russell Crowe est Noé, un homme promis à un destin exceptionnel alors qu’un déluge apocalyptique va détruire le monde. La fin du monde… n’est que le commencement.
Sur une Terre minée par la violence généralisée (meurtres, débauches et vols), où Dieu annonce qu’il va détruire le monde, Noé est chargé par inspiration prophétique d’accomplir une mission cruciale : ériger une arche pour sauver sa famille et les animaux du cataclysme. Mais dégouté devant le spectacle de la déchéance humaine, qu’il croit inévitable pour les générations suivantes, Noé refuse d’être le nouvel Adam de l’humanité. »

Mon Avis :

J’ai regardé ce film sans jamais avoir vu la moindre bande-annonce, je ne pensais même pas le voir. Puis mon compagnon l’a enregistré quand il est passé à la télévision, et je me suis dit, pourquoi pas 🙂
Honnêtement, j’ai été plutôt agréablement surprise, je pense que c’est du au fait que je n’en attendais rien !

Naameh et Noé

Naameh et Noé

Russell Crowe fait un Noé très convaincant, je pense que les personnages historiques sont ceux qu’il incarne le mieux, surtout les plus torturés ! Il y avait longtemps que je n’avais plus vu Jennifer Connelly, elle est une Naameh tout en douceur et en compassion ! Le couple a eu trois fils, et ils vont sauver la vie la jeune Ila et la recueillir dans leur famille. Un jour Noé va recevoir un message du Créateur. Tous ensemble, ils vont rejoindre Mathusalem, le grand-père de Noé. Pour construire sa fameuse Arche, ils seront aidé par les Anges déchus chassés du Paradis par le Créateur. Ils ont aidé les descendants d’Adam & Eve mais ceux-ci en ont toujours voulu plus, sont devenus cruels, violents, injustes et ils ont préférés s’isoler. Afin de répondre favorablement à la volonté de celui qui les a banni, ils vont aider Noé et sa famille a accomplir leur tâche !
Les Hommes ne vont pas accepter et ils vont tenter de saborder la construction de Noé.

Sem & Ila

Sem & Ila

Nous suivons également la vie de famille de Noé, on assiste à la naissance de l’histoire d’amour entre Ila et Sem, le fils ainé. Même si elle a survécu a sa grave blessure, elle est resté inféconde, à son grand désespoir ! C’est la jolie et talentueuse Emma Watson qui incarne la jeune femme. Elle m’a très agréablement surprise ! Je sais que c’était une bonne actrice et elle le démontre ! Ca me confirme mon envie de la découvrir dans d’autres rôles que la mythique et adorable Hermione Granger ! Cham, le second désire une épouse afin qu’elle embarque avec eux dans l’Arche, il s’opposera à son père à plusieurs reprise. Japhet, le cadet, est celui dont on parle le moins. Il y a aussi Ray Winstone qui est le Roi Toubal-Caïn ! Un homme cruel qui règne sur les autres hommes et qui ne croit plus en la volonté divine ! Il haït Noé et tente de rallier Cham à sa cause. Il incarne le Mal et il est une fois encore parfait dans son rôle !

Noé & Toubal-Caïn

Noé & Toubal-Caïn

Visuellement le film est une réussite à mes yeux : l’Arche est impressionnante, les Anges déchus limites effrayants ! Certains animaux sont des inventions, ça ne m’a pas dérangé !
L’ambiance générale générale du film est assez sombre, en adéquation avec l’histoire ! Ainsi que les costumes ! Par contre certains paysages sont sublimes, j’imagine que ce sont ceux tournés en Islande ! Ils sont époustouflants par leur verdure, leur nature chatoyante & luxuriante ! Une belle ode à notre Terre qui souffre des dérives humaines actuelles, j’y ai trouvé un parallélisme !

Je n’ai pas de réels reproches à faire au film, peut-être un scénario un peu trop moralisateur, d’un autre côté il est inspiré de la Bible ^^ Maintenant, je ne suis pas sûre d’avoir envie de le revoir, ou alors dans quelques années quand j’aurai oublié !

Une version audacieuse, peu conventionnelle, impressionnante et qui doit une bonne partie de sa réussite au charisme de Russell Crowe et son excellent casting !

Des animaux entrants dans l'Arche

Des animaux entrants dans l’Arche

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.