Re-Vive l'Empereur - Couverture

Re-Vive l’Empereur, Romain Puértolas

Re-Vive l'Empereur - CouvertureRésumé :

« Maintenu en parfait état de conservation par les eaux glaciales de la mer du Nord, repêché par un chalutier, puis décongelé, Napoléon Bonaparte revient à la vie au moment des attentats djihadistes de Paris, juste à temps pour sauver le monde… »

« Le voilà ! Il est là, à nouveau, de retour ! Mais qui ? Mais lui, l’Empereur, l’empereurissime Napoléon, premier du nom, le seul, l’unique. Après nous avoir conté les déambulantes et transnationales aventures d’un fakir emboîté dans une armoire Ikea et d’une factrice toutes ailes dehors ravagée par le don de soi et l’envie maternante, Romain Puértolas taille plus large et fond sur l’Aigle lui-même, le diable corse, l’as de coeur des batailles. Certes, il affiche moins beau qu’à la grande époque : on les repêche, lui et son cheval Le Vizir, flottant au large de l’Islande. Bien complet de son bicorne et de sa redingote, mais défaillant du pénis, ses valseuses impériales lui ayant été prélevées par un fan indélicat à l’heure de son trépas. Pris en charge par le chirurgien Bartoli, un cacique de la CGT (Confrérie des grognards tristes), après une légère remise en selle chronologique dans un monde où les femmes portent le pantalon et où Daesh mène une danse fatale, l’Empereur retrouve son élan et ses réflexes : à nous deux la société civile. Langue prise avec les puissances élyséennes interloquées, son sac à dos bourré de Coca Light, Napoléon arpente Paris, ayant rallié des danseuses de cancan, installe ses quartiers dans un hôtel Formule 1 et finance sa nouvelle campagne de France en cédant son précieux bitos sur eBay. Fort d’une Ferrari et d’un jet, il décide d’enquêter sur une éventuelle descendance. Déception apparente : un simplet et une fille des rues. D’autant que son come-back tourne à l’aigre : on le prend pour l’un de ceux qui se prennent pour lui. D’où internement à l’asile de Sainte-Verge dont il s’extraie pour reprendre la lutte contre le péril islamiste, ayant découvert que l’imam de Paris est son plus authentique descendant. Tout s’achève par une pyrotechnie de cocasseries apocalyptiques. »

Coup de Coeur :

Ce roman a été lu dans un contexte particulier, je venais de lire les premières pages quand j’ai appris les tragiques événements qui ont secoués Paris ! J’ai failli l’abandonner mais non, la vie avant tout ! Et j’en suis très heureuse ! Ce livre a été une merveilleuse réponse de l’auteur aux attentats djihadistes qui ébranlent notre monde depuis quelques années !
Il nous réscucite Napoléon qui est bien décidé à sauver la France et le monde de la menace islamiste!

Une vraie gageure, une énorme prise de risque, un sujet brûlant et une merveilleuse réussite !!!

Un roman bourré d’humour, de jeux de mots facile grâce à la différence d’époque et surtout terriblement efficace ! J’y ai senti une envie de Romain Puertolas de proposer une solution utopique (celle proposée par Napoléon est … comment dire … particulière ^^ ), il tourne en ridicule les djihadistes et le célèbre Empereur avec beaucoup de verve, une imagination débordante, une touche de poésie, et une plume complètement déjantée ! L’auteur ne s’est pas contenté d’aligner les blagues et les situations cocasses, il s’est soigneusement documenté sur ses personnages ! J’ai appris énormément sur Napoléon, ou plus affectueusement Napy ^^, sa vie, ses amours, l’histoire de son corps après son décès… Merci ! Si les vannes et les blagues fusent à une rapidité foudroyante, il y a également profondeur impressionante et beaucoup d’émotions dans certains passages, c’est ciselé avec finesse et talent ! Malgré la légereté de son ton, il ne minimise jamais la violence de certains personnes et de leurs actes, c’est un savant mélange parfaitement réussi ! Napy nous rassemble une nouvelle Grande Armée merveilleusement rocambolesque, il fait des rencontres hilarantes avec certaines personnalités françaises !
Chapeau-Bas Monsieur Puertolas !!!

C’est une histoire folle, délirante et surtout jouissive à souhait ! Il faut une solide autodérision pour oser s’attaquer à ce monument du patrimoine, et WAOUH !

Face à la violence, aux guerres, la plus belles des réponses est l’humour !

J’avais été très touchée par son roman précédent La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel, et j’ai eu un ENORME Coup de Coeur pour ce titre-ci ! Il me reste désormais son histoire de Fakir à découvrir 🙂

Bannière / Re-Vive l'Empereur

Napoléon & Wellington

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.