Un assassinat de qualité - Couverture

Un assassinat de qualité, Ann Granger

Un assassinat de qualité - CouvertureRésumé :

« Londres, 1867. Un soir d’octobre, alors que l’inspecteur Ben Ross de Scotland Yard rentre chez lui, le fog tourbillonne et l’enveloppe telle une créature vivante. Lorsque le brouillard se lève le lendemain, une femme gît assassiné dans Green Park. Allegra Benedict était la belle épouse italienne d’un marchand d’art de Piccadilly. Qu’avait-elle été faire à Londres cet après-midi ? Pourquoi avait-elle vendu sa broche dans Burlington Arcade quelques heures avant sa mort ? Alors que Ben poursuit son enquête, son épouse Lizzie se penche sur la vie privée d’Allegra et découvre plus d’une raison pour laquelle quelqu’un aurait voulu sa mort. »

Coup de Coeur :

Quel bonheur de retrouver Lizzie et Ben à Londres après plus d’un an d’attente ! J’avais dévoré et adoré Un intérêt particulier pour les morts ♥ et La curiosité est un péché mortel ♥ ! J’étais donc plus qu’impatiente de retrouver la plume d’Ann Granger et ses personnages si attachants ! Pourtant, je n’ai pas sauté dessus dés sa parution, comme si j’avais peur 😉 Et je l’ai dévoré et dégusté un peu plus tard, quand mon impatience est « retombée » ^^

Une nouvelle fois, je suis conquise ! Une savoureuse descriptions des moeurs victoriens, des liens qui unissent les gens de la « bonne société », de leurs préjugés et de leurs esprit étriqués où la morale est surtout hypocrite !
Une fois n’est pas coutume, l’intrigue est cette fois-ci racontée principalement racontée du point de vue de Ben Ross, Lizzie est passée au second plan, même si son rôle dans l’enquête reste indispensable ! Ca m’a un peu « déçue » car j’apprécie énormément cette héroïne, son caractère, sa franchise, son courage, son impulsivité et son bel esprit de déduction. L’auteur a également ajouté un personnage pour seconder Lizzie dans sa nouvelle vie de femme mariée : une jeune domestique, Bessie, qui les aidera à plusieurs reprises ! Avec elle, l’auteur nous raconte la vie des domestiques, de ces petites souris qui facilitent la vie des gens aisés qui usent et abusent d’elles ! C’est notamment grâce à elle que Lizzie pourra enquêter sur le passé de la victime et de certaines personnes de son entourage ! Les rencontres qu’elle y fera confirment l’hypocrisie, la crédulité et la fausse bonne morale dont certains personnes se prévalent ! J’ai adoré ces critiques acide de la société et de ceux qui la composent ! Ben Ross nous plongera dans la vie difficile des filles de joies de Londres, leurs commerces douteux, la cruauté de leurs souteneurs, leurs craintes, la solidarité qui les unit … C’est dur d’imaginer comment elles vivaient … D’un autre côté, il cotoyera la bourgeoisie anglaise, et leurs vies n’est pas spécialement plus enviable, même si elle est adoucie par l’argent et des lieux de vies plus confortables !

En ce qui concerne l’intrigue, je l’ai trouvée bien faites, je n’ai pas découvert le/les coupable(s) avant la fin, j’étais autant dans le flou que notre couple d’enquêteurs ! Les personnages créés pour les nécéssités de l’enquête sont particulièrement bien croqué, avec un plus pour Miss Marchwood, Daisy la prostituée, et Mrs Scott  : ils reflètent particulièrement bien la société de l’époque ! Dés le début l’auteur plante son décors avec le fameux « fog » londonien, et le cadre anglais est aussi bien présenté que dans les volets précédents ! L’histoire du couple est plus en retrait, au profit du cadre général de l’histoire ! On y découvre la force des prêcheurs, l’altruisme de façade et les faux-semblants qui animent les Londoniens fortunés !

Donc, une série que je continuerai de suivre et dont j’attends la suite impatiemment car le couple Ben / Lizzie est particulièrement attachants ♥ !!!

PS : une nouvelle fois, la couverture est juste Superbe !!!

Challenge XIX ème siècle - Photo

Challenge XIX ème siècle
Vittorio Matteo Corcos – Pomeriggio in terrazza

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.