Un roman anglais - Couverture

Un roman anglais, Stéphanie Hochet

Un roman anglais - CouvertureRésumé :

« 1917, quelque part dans la campagne anglaise. Anna Whig, bourgeoise lettrée, mère d’un petit garçon de deux ans, Jack, persuade son mari Edward d’embaucher par courrier pour sa garde d’enfant une certaine George (comme George Eliot, pense-t-elle). Le jour où elle va chercher George à la gare, elle découvre qu’il s’agit d’un homme. Celui-ci va faire preuve d’un réel instinct maternel à l’égard de l’enfant, et finira pas susciter la jalousie d’Edward, qui pressent l’amour naissant entre George et Anna. Dans ce roman à la fois pudique et tourmenté, Stéphanie Hochet traite avec beaucoup de finesse le thème de l’ambiguïté sexuelle, avec son lot de non-dits et de paradoxes, dans ce cadre post-victorien qui rappelle tant Virginia Woolf, tout en restituant le climat d’inquiets atermoiements qui régnait en Angleterre lors de cette période troublée. »

Coup de Cœur :

Un roman que j’avais repéré lors de sa parution en Rivages il y a bientôt deux ans, donc quand il est arrivé en poche, je n’avais plus aucune excuses 😉

Surprenant est le seul mot que je vois pour décrire cette lecture sans vous spoiler !

Nous sommes en plein dans la Première Guerre Mondiale, Anna et son mari Edward ont quitté Londres pour la compagne anglaise afin d’y élever Jack, leur précieux petit garçon de deux ans. En effet, ils l’ont attendu de longues années. Anna est une jeune trentenaire intelligente, lettrée et passionnée par la traduction. Afin de pouvoir reprendre son travail de traductrice, elle convint son horloger de mari de faire appel à une garde d’enfant via les petite annonces. La surprise sera total quand c’est un homme qui se présente !
Néanmoins, le courant passera tout de suite entre le garçonnet et le jeune homme ! Anna va l’observer de loin et sera bientôt troublée par la présence de Georges. Edward va devenir jaloux du lien qui va se nouer entre son fils et sa « nounou », un homme exempté de guerre pour raison de santé. Pourtant, lui aussi échappe à la guerre grâce à un problème médical : une très forte myopie.
Anna est une jeune femme qui a du mal à gérer ses envies, ses peurs, ses incertitudes, ses craintes pour l’avenir. Le tout dans une Angleterre en pleine mutation, qui sort de l’époque victorienne. La bourgeoisie est amenée à changer et Anna en est un bel exemple. Un portrait de femme déchirée entre sa maternité, sa place d’épouse et ses envies de liberté !

Un roman intimiste, qui suit au plus près les émotions, les questionnements de ses protagonistes, et bien documenté. Les sentiments, les peurs, les non-dits sont au cœur de cette histoire troublante et au dénouement inattendu !

Une jolie pépite !

Citations :

– Je voulais que Jack jouisse de la vie avec insouciance, dans un nid de mensonges bienveillants que j’avais fabriqué pour lui.

– Pour nous qui sommes restés loin du front, l’honneur du pays, c’est de continuer à fonctionner comme en temps de paix. L’honneur du pays – et combien sont pénétrés de cette conviction -, c’est de réparer le mouvement, d’une horloge de famille ou d’une montre pendant que des zeppelins larguent des centaines, des milliers de cylindres remplis d’explosifs sur la capitale comme on pulvérise une fourmilière.

– Je suis une lionne aimante en colère, ma nature demeurée secrète est d’une sauvagerie sanglante. J’ai tous les droits face à toi, Jack.

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.