Une saison à Longbourn - Couverture

Une saison à Longbourn, Jo Baker

Une saison à Longbourn - CouvertureRésumé :

« Sur le domaine de Longbourn, vivent Mr et Mrs Bennet et leurs vénérables filles, en âge de se marier.
À l’étage inférieur veillent les domestiques. Personnages fantomatiques dans le célèbre roman de Jane Austen, Orgueil et préjugés, ils deviennent ici des êtres de chair et de sang qui, du matin au soir, astiquent, frottent, pétrissent et vivent au rythme des exigences et des aventures de leurs bien-aimés patrons. Mais ce que les domestiques font dans la cuisine, sans être observés, pendant qu’Elizabeth et Darcy tombent amoureux à l’étage, relève d’eux seuls… Une histoire d’amour peut en cacher une autre, et qui sait quel secret enfoui risque de ressurgir. »

Coup de Coeur :

Vous avez adoré « Orgueil & Préjugés »? Vous allez dévoré ce titre-ci !
Je l’attendais impatiemment, j’ai lu des billets élogieux et d’autres plus mitigés, donc je l’ai attaqué avec gourmandise afin de me faire ma propre opinion ! Et je l’ai dévoré sur ma journée (vive les fériés ^^).

Un bel hommage au texte de Jane Austen, on voit que l’auteur adore le texte original et le connaît bien. Ici ce sont les personnages de l’ombre qui deviennent les héros et j’ai suivi avec délice leurs histoires ! L’auteur a fait le choix d’être sur les pas et dans les pensées de Sarah principalement. C’est la femme de chambre des filles de la maison, la lingère, elle participe au nettoyage de la maison, elle aide en cuisine, elle s’occupe des courses urgentes… Une jeune fille de caractère qui réfléchit énormément à sa condition et à son avenir. Avec elle, pour gèrer la maison, il y a Mrs Hill l’intendante et cuisinière, son époux Mr Hill, l’homme à tout faire, Polly une enfant touchante qui apprend le métier de domestique, ainsi que le tout nouveau valet qui fait aussi office de palfrenier et d’homme à tout faire : James, un personnage bien mystérieux !
Pour eux, la vie est moins tendre, plus rude, la besogne ne manque pas, la futilité n’a pas lieu d’être. Ils s’occupent de leurs maîtres, de leurs caprices et exigences, de leurs invités, souvent avec dévouement, parfois avec lassitude. Cest une vie en parallèle à celle de Bennett et de leurs entourages. Des personnes indispensables pour que ces derniers puissent mener leurs vies, plus légères, avec d’autres préoccupations, plus futiles quand on compare !

La plume de Jo Baker est simple, efficace, et élégante. Elle crée des personnages sympathiques et attachants, elle est fidèle à l’histoire originel. On les découvre sous un autre jour, même si ils restent similaires à ceux créés par Jane Austen, et la vision des domestiques de Wickam est sans complaisance ! Elle s’éloigne à un moment de la trame pour raconter le passé d’un des personnages : son passage dans l’armée à l’époque des guerres contre Napoléon, notamment en Espagne. J’ai beaucoup apprécié ce moment, j’ai senti l’auteur plus libre.

Maintenant, pour être honnète, j’ai passé un très bon moment avec ce titre, je ne me suis pas ennuyée, l’histoire est bien menée et assez profonde, j’ai appris sur la vie des petites gens de l’époque. C’est aussi une très bonne explication sur la situation politique du pays à l’époque, une analyse assez fine de la condition domestique, elle complète la vision de Jane Austen qui se limite à gentry. Cependant, le roman aurait très bien pu être écrit sans avoir « Orgueil & Préjugés » en toile de fond : c’est un plus très agréable pour les fans, mais pas indispensable. La romance suivie tout au long du roman est agréable,  assez classique.
En conclusion, une très bonne austenerie que je recommande 🙂

PS : le rapport avec Downton Abbey est bien là, la quatrième de couverture est juste 😉

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.