Le train des orphelins - Couverture

Le train des orphelins, Christina Baker Kline

Le train des orphelins - CouvertureRésumé :

« Entre 1854 et 1929, des trains sillonnaient les plaines du Midwest avec à leur bord des centaines d’orphelins. Au bout du voyage, la chance pour quelques-uns d’être accueillis dans une famille aimante, mais pour beaucoup d’autres une vie de labeur, ou de servitude.

Vivian Daly n’avait que neuf ans lorsqu’on l’a mise dans un de ces trains. Elle vit aujourd’hui ses vieux jours dans une bourgade tranquille du Maine, son lourd passé relégué dans de grandes malles au grenier.

Jusqu’à l’arrivée de Mollie, dix-sept ans, sommée par le juge de nettoyer le grenier de Mme Daly, en guise de travaux d’intérêt général. Et contre toute attente, entre l’ado rebelle et la vieille dame se noue une amitié improbable. C’est qu’au fond, ces deux-là ont beaucoup plus en commun qu’il n’y paraît, à commencer par une enfance dévastée… »

Coup de Coeur :

J’ai adoré et dévoré ce bouquin en 3 jours à peine !!!

Je me suis plongée dans cette histoire fascinante : le destin mouvementé de cette enfant !

Tout commence au en 2011, nous découvrons Molly, une adolescente de 17 ans qui est ballotée de familles d’accueil en famille d’accueil. Sa rencontre avec Jack, un autre adolescent va lui donner un certain espoir et lui permettre de rencontrer Vivian, une vieille dame de passé 90 ans qui a besoin d’aide pour trier et ranger son grenier. Ce sont deux solitudes, deux personnes marquées par une enfance malheureuse, deux femmes différentes de la société qui veulent s’y intégrer sans perdre leurs racines et ce qui fait leur personnalités. Si les premiers sont sont tendus, une amitié et une complicité improbable va se créer entre elles !

Molly aide Vivian à nettoyer son grenier, et en faisant cela, ce sont ces souvenirs qui remontent à la surface et qu’elle raconte à la jeune fille. Tout commence à New-York en 1929, on rencontre Niamh, une toute jeune irlandaise fraîchement débarquée de sa terre natale sur le sol du Nouveau Monde avec sa famille dans l’espoir d’un monde meilleur. Malheureusement, ça ne sera pas le cas, les déconvenues et les mauvaises nouvelles s’enchaînent… Elle se retrouve dans « Le train des orphelins », un train qui sillonne le pays et propose des enfants sans familles dans des villes du centre du pays : les familles qui les accueillent doivent les loger, les nourrir et les envoyer à l’école et en échange, les orphelins doivent les aider (entretien de la maison, travaux dans les champs, prendre des autres enfants, cuisine, nettoyage, …). C’est un épisode peu connu de l’histoire des Etats-Unis et des immigrants. Tous espèrent une nouvelle vie qui leur apportera un foyer, et peut-être une adoption. La réalité sera moins rose, la plupart des famille cherchaient surtout de la main d’oeuvre gratuite et qui ne pourra pas se plaindre. En effet, la société qui les place désire surtout s’en débarrasser. Niamh, ou Dorothy comme elle sera rebaptisée, ne fera pas exception. Elle vivra des expériences que nous ne souhaiterions pas à nos ennemis : elle a à peine 10 ans quand la vie la fera quitter l’enfance ….

En parallèle, nous suivons la vie de Molly, elle nous apprend son enfance et ce qui l’a amenée à sa situation actuelle. C’est bien triste de constater qu’après presqu’un siècle, la situation des enfants sans famille n’a pas beaucoup changé … Ils dépendent des administrations et du bon vouloir de familles d’accueil pas toujours chaleureuse.

Si Vivian a du composer avec ses origines irlandaises, sa chevelure d’un roux flamboyant et sa religion catholique, Molly a des origines qu’elle désire garder secrète et qui a énormément d’importance dans son coeur. Elles ont toutes les deux un collier symbolique et porte-bonheur qui ont une importance capitale dans leur existence !

L’auteur est une narratrice merveilleuse. Sa plume est riche, addictive, passionnante, captivante et bouillonante d’émotions ! Elle nous offre une histoire émouvante, porteuse d’un message d’espoir, de courage, de transmission, une merveilleuse reconstitution historique, bouleversante de sincérité sans jamais tomber dans la mièvrerie et le pathétique grâce à une construction dynamique qui alterne les points de vue des deux femmes.

Un roman sombre et lumineux à la fois qui nous dévoile un pan obscure de l’histoire américaine !

Il parait qu’il existe une BD qui traite du même sujet, je suis curieuse de la découvrir désormais 😉

Citation :

– Quand bien même elle perdrait ses porte-bonheur, ils feraient toujours partie d’elle. On n’oublie pas ce à quoi on tient le plus, ces choses s’incrustent dans votre peau.

 

Une photo d'époque d'un train des orphelins

Une photo d’époque d’un train des orphelins

 

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.