Amours - Couverture

Amours, Léonor de Récondo

Amours - CouvertureRésumé :

« Tandis que son épouse dort paisiblement, Anselme le notaire abuse de Céleste, la jeune bonne, qui tombe enceinte. Pour sauver l’honneur de tous, Victoire décide d’adopter l’enfant. Mais elle n’a pas la fibre maternelle, et le nouveau-né dépérit. En cachette, Céleste va tendrement prendre soin de son petit. Une nuit, Victoire les rejoint dans la chambre sous les combles… »

Coup de Coeur :

Après Pietra Viva (déjà un coup de coeur l’année passée), j’étais impatiente de lire le nouveau opus de Léonor de Recondo ! J’en lisais le plus grand bien un peu partout, l’attente était donc grande quand j’ai enfin osé l’ouvrir !

WAOUH !!! Quelle magie, quel talent habite la plume de cette autrice ! C’est un nouveau petit bijou de la littérature que j’ai découvert !

Céleste est une jeune bonne qui travaille chez Mr & Mme de Boisvaillant, un notaire qui vient passer ses envies sexuelles sur la jeune femme. Son mariage n’est pas heureux, et le fait que son épouse, la jeune, jolie et naïve Victoire ne lui donne pas d’enfant, renforce l’écart qui se creuse entre les époux. Victoire non plus n’est pas épanouie, cette grossesse qui n’arrive pas la mine, tout comme les nombreuses réflexions de son entourage. Quand elle aperçoit la grossesse de Céleste, et qu’elle décide reconnaître l’enfant comme le leur, c’est la vie de la maisonnée qui va être ébranlée ! Elle ne regardera plus son époux de la même manière, il sera banni de la chambre conjuagle. Il faudra attendre la naissance de l’enfant, un beau garçon baptisé Adrien, pour que le lien entre les deux femmes se noue. En effet, Victoire est heureuse d’être enfin mère, mais elle manque d’amour maternelle, et le bébé va vite dépérir ! Céleste ne pouvant pas le supporter très longtemps, la nuit elle va emmener l’enfant dans sa chambre afin de lui donner cet amour qui lui manque tant ! La curiosité de Victoire sera, une nuit, plus forte que les convenances ! Et là elles vont découvrir une nouvelle vie …

L’époque n’était pas tendre pour les femmes ! Les apparences, et l’autorité de l’Eglise ont une importance capitales dans l’histoire ! La conformité de l’époque va être trop étroite et beaucoup trop rigide pour accepter ce sentiment ! Même si c’est un Amour pur, innocent et complètement inattendu qui s’est éveillé dans les combles … Il va repousser les couches trop épaisses qui habillait le corps des femmes, réveiller une sensualité bridée et réveler la perte de leurs illusions sur la nature humaine.

C’est fin, délicat, sensible, sensuel, terrible, émouvant, une éloge de la féminité, du désir et du sens du sacrifice ! Il dégage des émotions si fortes, si nobles, que je l’ai terminé en larmes et que j’ai mis un peu de temps avant de réussir à ouvrir un nouveau roman !

Un vrai coup de coeur qui m’a touché au plus profond de mon être et que je recommande à tous le monde !

Citation :

L’amour est là où il ne devrait pas être, au deuxième étage de cette maison cossue, protégé par la pierre de tuffeau et ses ardoises trop bien alignées, protégé par cette pensée bourgeoise qui jusque-là les contraignaient et qui, maintenant, leur offre un écrin.

Pierre observe Victoire. Il réalise que cette femme si élégante qui, d’une certaine manière régit leurs vies, est à la merci des mains de sa femme. Comme une enfant, chaque matin, elle a besoin d’elle pour se vêtir. Leurs existences à tous sont finalement étrangement imbriquées, c’est ce qu’il comprend tandis qu’elle jette un deuxième corset dans un grand éclat de rire. Ils sont tous dépendants les uns des autres, chacun à sa manière, liés aux us et coutumes, liés à leur rang social.

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.