La Petite Boulangerie du bout du monde

La Petite Boulangerie du bout du monde, Jenny Colgan

La Petite Boulangerie du bout du mondeRésumé :

« Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu’un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir à zéro ?

Seule dans une boutique laissée à l’abandon, Polly se consacre à son plaisir favori : préparer du pain. Petit à petit, de rencontres farfelues – avec un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands – en petits bonheurs partagés, ce qui n’était qu’un break semble annoncer le début d’une nouvelle vie… »

Coup de Coeur :

Je suis vraiment gâtée ces derniers temps, je fais de nombreuses très belles lectures et même des coups de coeur !
Ce titre est régulièrement apparu sur de nombreux blogs ces derniers mois, et quand il est paru en poche, j’avoue que j’ai été incapable de résister très longtemps 😀
Et j’en suis vraiment heureuse car j’ai passé un excellent moment avec Polly et les habitants de la presqu’île Mount Polbearne !

Autant vous le dire tout de suite, c’est le roman « feel good » par excellence : c’est très romantique, parfois un peu naïf, rempli de bons sentiments, et qu’est-ce que ça fait du bien !!!

Nous découvrons Polly, une jeune femme dont la société créée avec son compagnon vient de faire faillite. Elle est complètement fauchée, son couple n’a pas résiter aux intempéries, et elle doit se trouver un nouveau logement car leur appartement doit être revendu afin d’éponger les dettes. Une cohabitation est impossible à envisager avec sa meilleure amie Kerensa, et elle refuse de retourner vivre chez sa mère comme son ex ! Elle va trouver une petite location dans un lieu isolé, Mount Polbearnen dans une ancienne boulangerie. Le lieu est limite insalubre, la propriétaire est terriblement désagréable, le phare éclaire sa chambre toute la nuit … Et pourtant, Polly va s’habituer à son nouveau lieu de vie, et faire de nouvelles rencontres qui vont bouleverser son quotidien ! Sa première nuit sur place sera épique et lui permettra de faire une rencontre mouvementée avec un bébé macareux qui s’est brisé l’aile ! Ce petit animal va donner un nouveau sens à sa vie, et c’est tous le monde qui va s’attacher à ce volatile au caractère bien trempé, tout comme celui de Polly ! Il y aura aussi un groupe de marins qui va rapidement se régaler de ses expériences culinaires, une épicière complice, … et surtout un apiculteur américain au passé mystérieux !

C’est vraiment une nouvelle vie qui s’offre à Polly : va-t-elle saisir cette nouvelle chance? Réussira-t-elle à trouver sa place dans un petit village?

Je l’ai dévoré ce roman et en même temps j’aurai voulu qu’il dure encore et encore tellement je me sentais bien dans ce cocon chaleureux, je me suis attachée aux personnages, j’avais l’impression de sentir l’odeur des embruns mélangées à celles des pains qui sortent du four !

Un roman doudou : drôle et touchant derrière une apparente légèreté !

PS : à la fin du roman, Polly nous livre ses recettes ; je sens que je vais essayer de faire du pain un de ces jours 🙂

Citations :

« Alors, Polly repenserait aux reflets du soleil scintillant à la crête des vagues, quand la mer était haute, aux changements de lumière et aussi à l’eau qui se teintait de rose, de mauve et de violet lorsque le soleil se couchait, à l’ouest. Vous compreniez qu’un autre jour était sur le point de se terminer, sans que vous ayez eu envie d’aller nulle part ailleurs. »

 » L’essentiel est là. Et en fait suivre votre instinct, c’est tout ce qui compte, dans la vie. Faire ce que vous avez envie de faire. Lorsque vous avez trouvé votre voie, il faut vous donner à fond et tout alors devient possible et vous pourrez surfer sur les plus grosses vagues. Et être heureux. Qu’est-ce qui vous rend heureuse, Polly ?
– Je suppose… Polly hésita. Eh bien, de fabriquer du pain. D’avoir les mains dans la pâte. Mais je ne sais pas si je pourrais faire ça tout le temps, comme un travail je veux dire. A force, ce ne serait plus un plaisir, non ? »

 » Le point fort de Mount Polbearne, remarqua Lance en changeant brusquement de tactique, c’est son aspect préservé.
Le calme, pas de soucis d’embouteillage. Une paix et une tranquillité absolue. »

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.