Effectuez une recherche :

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 63 autres abonnés

CHARLESTON

Une année particulière, Thomas Montasser

Une année particulière - CouvertureRésumé :

« Une petite librairie, un travail herculéen, et un livre mystérieux qui va tout changer.

« Ma nièce Valérie doit s’occuper de tout. »
Se retrouver un beau matin avec une librairie sur les bras, Valérie ne s’y attendait pas. Pour elle qui se destinait à une brillante carrière de consultante internationale en économie, quel cadeau empoisonné !
La jeune femme va pourtant se laisser prendre au jeu et, indépendamment des comptes de la boutique au bord de la faillite, découvrir peu à peu la littérature. Kafka, Dickens, Calvino, Pessoa… Une tasse de thé à ses côtés, elle dévore avec joie tout ce qui lui tombe sous la main.
Texte après texte, échange après échange avec les clients peu banals du magasin, Valérie commence à prendre goût à sa nouvelle vie, mais c’est un roman singulier intitulé Une année particulière et la rencontre d’un charmant inconnu qui l’aideront à écrire le chapitre décisif de son existence…

Une touche d’humour et de fantaisie, de la sensibilité et, surtout, une foule de livres, qu’on aurait presque envie de ranger du côté des personnages. S’il est des romans qui donnent envie de lire et d’aller fureter dans les rayons des librairies, c’est bien celui-ci. »

Coup de Coeur :

Court (moins de 200 pages) et très intense ! Je l’ai adoré et dévoré en 2 soirée à peine (dommage qu’il faille dormir & travailler :p )! Ma liste d’envie s’est encore allongée d’une dizaine de titres et je compte bien parler de ce livre autour de moi car il m’a fait un bien fou : des références littéraires, de l’humour, de l’espoir, de l’amour, de l’amité, des belles rencontres, un changement de vie …
Que je suis heureuse d’être déjà libraire, ça me permet de fureter dans les rayons, de feuilleter les livres et d’allonger ma liste d’envie à l’infini (je n’aurai jamais assez d’une vie pour lire tout les romans qui me tentent :p ). L’auteur nous offre un magnifique playdoyer en faveur des librairies indépendantes : les conseils du libraire, la relation aux livres, les joies des belles découvertes littéraires, l’amour pour les auteurs, les beaux textes, la volonté de découvrir des petites pépites et de les partager avec ses lecteurs !

Dés le début, je me suis attachée à Valérie : en effet, même si elle n’est pas vraiment une littéraire et une amoureuse de la lecture, les lieux vont jouer de leurs charmes, et rapidement elle découvre les bonheurs et les bienfaits d’un bon roman ! Au début, elle veut juste liquider les lieux, se débarasser de cette tâche rapidement afin de reprendre sa vie en cours. Pourtant, elle va s’attacher aux lieux, à son contenu, et la magie des lieux va opérer ! Elle va se faire sa propre éducation à travers Kafka, Mann, Calvino, Zweig, Joyce …, découvrir une nouvelle vision du monde et de l’avenir qu’elle désire !

Je ne vais pas vous en dire plus car le roman est assez court et le résumé est assez détaillé ainsi !
Encore juste quelques mots : N’hésitez pas et découvrez ce petit bijou !!!

Citations :

– « Et c’est ainsi que notre protagoniste se retrouva une nouvelle fois dans le fauteuil de la vieille libraire à lire plaisamment pendant des heures, tandis que le samovar bouillottait dans son coin, non sans dégager une agréable chaleur. Elle n’avait rien bu, elle ne s’était même pas versé une tasse. Mais cela n’avait pas d’importance. Au contraire, il était bon de lire un roman pour lui-même. »

– « La couverture représentait un billet vieillot mais tentant pour une traversée en bateau. Valérie fut comme plongée en plein coeur d’une histoire dés qu’elle oivrit le livre. »

– « Un cabinet de curiosités, un puit de sciences, un héritage du passé et du présent, un lieu pour rêver… Une librairie peut être tellement de choses. »

– « Jamais une parfumerie n’aurait pu obtenir une cuvée aussi parfaite à partir de l’interaction de toutes ces odeurs, seule une librairie, dans laquelle on classe amoureusement des oeuvres anciennes et nouvelles, en était capable. Le livre est une expérience pleinement sensuelle si on renonce un instant à le voir comme un simple véhicule de la pensée – c’est une oeuvre totale. »

– « Tandis que Tante Charlotte errait Dieu sait où, Valérie faisait son trou et se sentait, c’était affreux à dire, de mieux en mieux. »

– « Elle tendit la main pour prendre le livre et sentit ses doigts effleurer les siens. Son coeur cessa de battre un instant… Non, tout cela faisait un peu trop cliché. Et même si c’était exactement ce que ressentait Valérie, il faut en convenir : elle était depuis longtemps tombée un tout petit peu amoureuse de cet inconnu séduisant et cultivé. »

– « Si c’est une telle révélation, tu devrais peut-être le lire. »

– « Bien que la boutique fut belle et que la présence de tous ces livres eût gagné le coeur de Valérie, il était quand même réconfortant de se libérer par moment du poids des responsabilités et de se réfugier dans le canapé ou de boire un verre de vin avec des amis. »

– « Et puis arriva ce courrier à la belle écriture élancée, qui ne s’adressait pas à Tante Charlotte, mais à La ravissante libraire c/o Ringelnatz & Co. et qui tourneboula les sens de Valérie. »

– « Mais lorsqu’on sait qu’on défend une juste cause et qu’on aime à ce point la chose elle-même, on ne s’arrête pas à quelques efforts ni à quelques déceptions. »

Intensité du coup de coeur
« »

© 2018 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.