Effectuez une recherche :

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 66 autres abonnés

CHARLESTON

L’aile des vierges, Laurence Peyrin

L'aile des vierges - CouvertureRésumé :

« Doit-on trahir ses convictions et ses rêves pour un peu de bonheur personnel?
Dans une après-midi qui s’ouvre à la modernité, un extraordinaire portrait de femme libre.

Angleterre, avril 1946. La jeune femme qui remonte l’allée
de Sheperd House, majestueux manoir du Kent, a le coeur lourd.
Car aujourd’hui, Maggie Fuller, jeune veuve au fort caractère,
petite-fille d’une des premières suffragettes, fille d’une sage-femme
féministe, entre au service des très riches Lyon-Thorpe.
Elle qui rêvait de partir en Amérique et de devenir médecin
va s’installer dans une chambre de bonne.
Intégrer la petite armée de domestiques semblant vivre encore
au siècle précédent n’est pas chose aisée pour cette jeune femme
cultivée et émancipée. Mais Maggie va bientôt découvrir
qu’elle n’est pas seule à se sentir prise au piège à Sheperd House
et que, contre toute attente, son douloureux échec sera le début
d’un long chemin passionnel vers la liberté. »

Coup de Cœur :

Le portrait d’une femme extraordinaire à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale en Angleterre!

Maggie Fuller est la fille et la petite-fille de féministe : sa grand-mère était une suffragette et sa mère une sage-femme refusant de porter le nom de son mari et portant des pantalons! Toutes deux ont inculqué des valeurs féministes à la jeune femme. Elle projetait de devenir médecin et de s’exiler aux Etats-Unis, mais les aléas de la vie, et un veuvage précoce la conduisent à devenir domestique dans un majestueux manoir du Kent, pour la richissime famille Lyon-Thorpe.
La jeune femme est cultivée, intelligente et surtout bien plus émancipée que ses collègues. Ceux-ci vivent au service de la famille et surtout de Pippa-ma-chère comme ils surnomment la maîtresse des lieux. C’est compliqué pour elle de s’adapter aux nouvelles règles : elle parle trop des conditions de travail, de leur place dans la société, elle se révolte contre les injustices et elle va rapidement étouffer dans cette nouvelle vie pleine de codes à respecter. La vie dans le manoir est un microcosme à part entière, c’est le fonctionnement edwardien, les domestiques d’un côté qui doivent répondre au doigt et à l’oeil aux demandes des maîtres de l’autre qui n’ont qu’à sonner pour les appeler… Afin de tenir le coup, et d’amuser un peu, Maggie décide de prendre cette expérience comme une sorte d’étude anthropologique car elle était certaine que personne ne l’apprécierait et qu’elle allat commencer une nouvelle carrière d’emmerdeuse !
Contre toute attente, elle s’attachera à certaines personnes et trouvera un soutien inattendu : derrière les apparences, elle n’est pas la seule à se sentir prisonnière… Parmi ces personnes les plus improbables, il y aura Sir Albert, le grand-père de Sir John, le maître des lieux. C’est un vieil homme grabataire isolé dans une des ailes du château qu’on promène de temps en temps dans les jardins. Il est perdu dans ses souvenirs, il vit dans son monde, il est parfois un peu embarrassant, surtout quand il sort sans son pantalon, et il est surtout très gentil. La jeune femme va se prendre d’affection pour le vieillard et écouter ses histoires, ses souvenirs souvent flous… Il y a aussi le généreux Docteur Heady qui lui a trouvé cette place et qui la soutiendra même dans les moments les plus compliqués. Il y a aussi Kitty la petite femme de chambre, menue comme une enfant, naïve et qui fait une entière confiance à Maggie. Et parmi les plus marquants, il y a l’intriguant Sir John, le maître des lieux ! Ce dernier a été élevé en Afrique, respecte la nature, son personnel et semble s’intéresser à la jeune femme ! J’avoue avoir particulièrement apprécié ceux-ci et un autre, mais qui arrivera bien plus tard dans la vie de l’héroïne ….

Une merveilleuse histoire, une quête de liberté, une soif d’indépendance, un besoin intense d’amour : le combat passionné d’une femme qui cherche l’équilibre entre raison et sentiments! J’ai adoré ses joutes verbales avec les autres protagonistes : elle est vive, entière, passionnée, parfois un peu trop impulsive, et elle agit toujours avec son cœur ! Un formidable roman aux multiples facettes qui m’a plongé dans la vie fascinante, inspirante de Maggie. Elle est entourée d’une galerie de personnages très variés qui renforcent les côtés addictifs et très justes du destin de Maggie 😍

La seconde partie de l’histoire m’a complètement surprise, j’ai été scotchée! Il y a un énorme changement qui va révolutionner à jamais la vie de la jeune femme, et l’amener dans des chemins complètement inédits ! La vie de l’héroïne n’est pas vouée à être un long fleuve tranquille !

J’ai dévoré ce roman en 2 soirées ou presque, j’ai eu les larmes aux yeux à plusieurs reprises, j’ai souri, tremblé, espéré et je l’ai refermé avec une boule dans la gorge et une grosse pensée pour la vie incroyable de Maggie Fuller ! L’autrice nous emmène dans une histoire passionnante, enrichissante, bien documentée, j’ai appris énormément au fil des pages ! Sa plume est élégante, fluide, sensible et elle partage de nombreuses émotions !

Gros Coup de Coeur pour ce roman que je recommande très chaleureusement ❤❤❤

Maintenant, je veux m’attaquer à ses titres précédents, surtout qu’ils sont dans ma PAL ^-^

Intensité du coup de coeur
« »

© 2018 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.