Pourvu que la nuit s'achève - Couverture

Pourvu que la nuit s’achève, Nadia Hashimi

Pourvu que la nuit s'achève - CouvertureRésumé :

« « J’avais imaginé un million de morts pour mon mari : il aurait pu mourir frappé par la foudre. Ça aurait été tellement plus simple pour tout le monde : un éclair tombé du ciel. Mais les orages ne sont jamais là quand on a besoin d’eux. »

Lorsqu’on retrouve Zeba, le cadavre de son mari gisant à ses pieds, il paraît évident aux yeux de tous qu’elle l’a tué. Depuis son retour de la guerre, Kamal est devenu un autre homme, alcoolique et violent. Mais cette femme dévouée est-elle vraiment capable d’un tel crime ? Présumée coupable, elle est incarcérée dans la prison pour femmes de Chil Mahtab, laissant derrière elle ses quatre enfants.

C’est à Yusuf, revenu des États-Unis pour régler une dette symbolique envers son pays d’origine, que revient la défense de ce cas désespéré. Mais alors que son avocat l’exhorte à parler, Zeba garde obstinément le silence. Qui cherche-t-elle à protéger en acceptant de jouer le rôle du suspect idéal ? Il faudra beaucoup de courage à Yusuf pour faire innocenter celle que tout le monde voit déjà pendue haut et court. »

Coup de Cœur :

Nadia Hashimi est devenue une de ces autrices dont je surveille avec attention les parutions ! J’avais eu un énorme Coup de Coeur pour La perle et la coquille, et été bouleversée par Si la lune éclaire nos pas. J’étais donc terriblement impatiente de découvrir ce nouvel opus !

Zeba est une femme afghane comme beaucoup d’autres : soumise à un mari abusif, et violent envers sa famille. Elle tente de protéger ses enfants du comportement de leur père, et se cache régulièrement de ses voisins car elle a honte de lui, et craint leur jugement. Quand elle est découverte aux pieds du cadavre de son mari encore chaud, elle est tout de suite considérée comme coupable, surtout qu’elle refuse de dire le moindre de mot pour se défendre. Heureusement, le policier local va l’envoyer dans la prison de la ville voisine en attendant d’être jugée, fait suffisamment rare pour être signaler ! Ses trois enfants sont recueillis par leur tante, la sœur de son mari. En prison, elle va rencontrer de nombreuses femmes qui subissent l’injustice des hommes : la plupart sont enfermées pour des « délits d’honneur ». Ce sont des incarcérations abusives, sans procès ou après un simulacre, quand elles ne sont pas exécutées ! Privées de libertés, réduites au silence, la plupart d’entre elles sont condamnées avant même d’arriver !
Dans son malheur, Zeba va avoir de la chance : son frère va lui trouver les services d’un jeune avocat, Yusuf, revenu des Etats-Unis afin de ramener un peu de justice dans son pays natal. Malgré le peu de coopération de sa cliente, il comprend rapidement que son cas est complexe, et il est prêt à tout pour découvrir la vérité et à la défendre, même contre elle-même ! Ce jeune homme fait preuve d’un courage et d’une obstination qui n’a rien à envier à Zeba !
Au cours du roman, Nadia Hashimi nous livre le portrait de Zeba, et des femmes avec qui elle cohabite. Ces dernières sont tout aussi attachantes, elles sont là pour des raisons la plupart du temps complètement absurdes : violées, victimes de violences conjugales, refus d’épouser l’homme choisi pour elle ou pire encore amoureuse d’un homme qui n’est pas approuvé par leur famille !
Une immersion dans la société afghane qui est encore régie plus par les croyances, et les peurs que par la justice. Une vraie étude des mœurs locaux, à travers la vie passée et actuelle de Zeba, de son fils, de sa mère, de ses co-détenues, et de son avocat ! C’est passionnant, et complètement réussi !

J’ai été, tout au long de l’histoire, révoltée par le sentiment d’injustice qui imprègne la condition des femmes en Afghanistan, et je ne comprenais pas les lois tellement absurdes qui régissent le pays et sa justice, tellement lointaines des nôtres !

Il ne peut laisser personne indifférent : il est profondément féministe, et nous donne des définitions intenses de l’honneur et du sacrifice !
Un destin de femme à découvrir de toute urgence !

Et vivement un nouvel opus de Nadia Hashimi qui est devenue une de mes autrices favorites en à peine trois romans !!!

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.