La Louisiane - CouvertureRésumé :

« Paris, 1720. La Supérieure de la Salpêtrière est mandatée pour sélectionner une centaine de femmes « volontaires » qui seront envoyées en Louisiane afin d’y épouser des colons français.
Parmi elles, trois amies improbables : Charlotte, une orpheline de douze ans à la langue bien pendue ; Pétronille, une jeune aristocrate désargentée et Geneviève, une faiseuse d’anges. Comme leurs compagnes à bord de La Baleine, elles ignorent tout de ce qui les attend au-delà des mers.
Ces étrangères réunies par le destin devront braver l’adversité et traverser une vie faite de chagrins d’amour, de naissances et de deuils, de cruauté et de plaisirs inattendus. Et d’une amitié forgée dans le feu. »

Coup de Cœur :

Ce roman m’a été chaleureusement recommandé par ma représentante et je l’en remercie car ce fut une excellente lecture !

France, 18ème siècle, plus spécifiquement 1720 à Paris, la Salpêtrière.
La Supérieure des lieux, Marguerite Pancatelin, a été désignée par les autorités afin de sélectionner une centaine de femmes pensionnaires des lieux. Ces dernières, « volontairement », vont se rendre en Louisine afin d’épouser des colons français et ainsi peupler la colonie. La plupart ne se connaissaient pas, et leur long voyage, à bord de La Baleine, va permettre à certaines d’entre elles à nouer de solides liens d’amitié. L’autrice va s’attarder sur trois de ces jeunes femmes : Geneviève, accusée d’être une faiseuse d’anges, Pétronille, une jeune aristocrate désargentée et avec une petite différence physique, ainsi que Charlotte, une orpheline de douze ans avec un caractère bien affirmé qui veut absolument accompagner sa meilleure amie, Etiennette. Leur trajet en bateau sera long, mouvementé et l’arrivée en Louisiane sera éprouvante. Leur mariage arrangé va les séparer, et les emmener dans différents lieux de la colonie. A travers leur existence, on découvre la vie des colons, l’étendue du territoire, les liens avec ceux restés en France et avec les tribus locales.

Un roman fascinant sur le destin de ces femmes aux XVIIIème siècle envoyées en Louisiane. Elles quittaient une vie de recluse, sans avenir, pour une vie complètement différente dont elles ignoraient tout. Elles vont découvrir une vie rude faites d’épreuves, d’adversité, de deuils, d’amour, de maladies, de naissances, de mariage, de plaisirs et de choix compliqués. Elles rencontreront des révoltes, des amérindiens, des soldats, des hommes de tout horizons. Ces femmes sont impressionnantes de résilience, de courage, de capacité d’adaptation et de volonté. Elles sont confrontées à leur peur, à l’incertitude, à la solitude, et l’absence de proches pour les soutenir dans cette nouvelle vie.

L’histoire est profonde, complexe, et pleine d’émotions, sur une terre lointaine, peu accueillante, parfois même hostile. Les héroïnes sont admirables, d’une volonté inébranlable, et avec une envie de vivre puissante.
C’est fluide, immersif et très documenté. L’autrice a consacré plusieurs années à apprendre un maximum sur cette période, sur les lieux, la vie quotidienne, les moyens de transport entre la France et les Etats-Unis, la politique avec les locaux, le climat, les paysages, l’esclavage…

Un vrai voyage dans le passé, au cœur d’existences aussi uniques que captivantes.
Un grand roman d’aventures et d’amitiés.

Citations :

* Pour la première fois depuis trois mois, elles discernent enfin le sable que leur cachait l’eau lors de la traversée de l’Atlantique, ce fond de l’océan qu’elles ont brièvement aperçu ce matin en débarquant de La Baleine. Personne ne leur a expliqué où elles seraient logées ce soir, dans combien de temps elles seraient fiancées. On ne dit pas tout aux femmes.

* En Louisiane, certains tentent d’inventer une nouvelle vie loin de chez eux; d’autres s’efforcent de défendre ce qui leur appartient ; d’autres encore regrettent la terre à laquelle on les a arrachés.

* Elles ont mis des années à comprendre ce qui les entourait. Elles veulent épargner à leurs enfants les faux pas, les désillusions, les sentiments amers que ce continent ne veut pas d’elles, pas plus que Paris et les villages qui les ont vues naître.

* Elles attendent ce moment depuis des mois et maintenant qu’elles sont là, elles se sentent indécises, mal à l’aise, un peu tristes. Que leur reste-t-il à espérer, une fois le voyage terminé ?

Intensité du coup de coeur