Survivre à ses parents toxiques - CouvertureRésumé :

« Comment se construire à l’âge adulte quand, dès la petite enfance, votre équilibre a été détruit par vos parents ?

Véritable manga-reportage, Survivre à ses parents toxiques est le fruit du travail précieux de Mariko Kikuchi, une autrice spécialisée dans les récits documentaires. à travers onze témoignages, venant de personnes issues de milieux sociaux et d’horizons différents, l’artiste scrute sans fard ni faux-semblants des adultes qui, aujourd’hui encore, cherchent à aller de l’avant… »

Coup de Cœur :

Une lecture qui ne peut laisser indifférent et qui pousse à la réflexion !

La mangaka commence par raconter sa propre existence : son parcours en tant qu’enfant victime de parents toxiques, son parcours pour le comprendre, l’accepter et apprendre à le surmonter. En découvrant ce qui l’a fait souffrir de longues années, elle comprend qu’ils sont bien trop nombreux à vivre et à avoir vécu ce cauchemar, et à travailler de longues années à guérir de ce traumatisme. Elle décide alors, aidée par son éditrice, de recueillir des témoignages de personnes issues de milieux très différents : journaliste, employé de bureau, réalisateur de films porno, femme au foyer, écrivaine, éditeur, cartomancienne, mangaka…). Avec eux, elle décrypte comment ces adultes souffrent toujours de ces traumatismes d’enfance, et comment ils font un travail au quotidien pour surmonter ces blessures. La mangaka, avec empathie et sans faux-semblant, dresse les portraits de ses parents qui ont entravé leur enfant avec leurs exigences, leur cruauté, leur toxicité. Mariko Kikuchi déconstruit cette notion de « famille » qui est toujours mise sur un piédestal : tous les parents ne sont pas amour, compréhension et soins avec leur enfant. Malheureusement, les familles dysfonctionnelles sont bien plus nombreuses qu’on ne pourrait l’imaginer, à des niveaux différents, dans des domaines variés, et ça laisse des cicatrices douloureuses chez ses adultes. Ils ont souvent bien plus de mal à se construire, à trouver un équilibre, et la plupart ressente le besoin de couper les ponts avec ce foyer défaillant qui ne leur apporte ni bonheur ni joie ni amour.

C’est une lecture difficile, parfois même douloureuse, elle permet d’ouvrir le débat. C’est un livre qui devrait être mis entre toutes les mains afin de permettre à chacun de comprendre ses propres blessures et/ou celles de votre entourage.
Le manga est accompagné d’une postface rédigée par une psychologue clinicienne, elle offre une explication neutre, bienveillante, et déculpabilisante pour ces « adult children », un terme qui explique avec justesse les nombreux traumatismes qui sont subis par les victimes.

Personne n’est obligé de leur pardonner, et tous le monde a le droit de couper les ponts pour son propre bien-être !!!

Intensité du coup de coeur