La Belle et la Bête - Couverture

La Belle et la Bête, Madame de Villeneuve

La Belle et la Bête - CouvertureRésumé :

«Le monstre se fit entendre. Un bruit effroyable, causé par le poids énorme de son corps, par le cliquetis terrible de ses écailles et par des hurlements affreux, annonça son arrivée. En voyant approcher la Bête, qu’elle ne put envisager sans frémir en elle-même, la Belle avança d’un pas ferme, et d’un air modeste salua fort respectueusement la Bête. Cette démarche plut au monstre. Se retournant vers la Belle, il lui dit : « Bonsoir, la Belle ».»

 

Coup de Coeur :

J’ai relu ce texte et celui de Mme Leprince de Beaumont après avoir vu la version cinématographique de Christopher Gans. Ma curiosité avait été piquée par l’histoire du Prince dans le film, je n’en avais pas de souvenir dans mes précédentes lectures.

Ce texte est à l’origine de celui de Mme Leprince de Beaumont : elle l’a raccourcit à une dizaine de pages en se contentant de la première partie, ou presque, et elle en a fait un texte pour enfants sans aucun détails ou presque (elle était gouvernante pour de jeunes anglaises). Je l’ai relu juste avant et j’avoue qu’il m’a un peu frustré : beaucoup trop court, trop peu détaillé, des personnages auxquels on n’a pas le temps de s’attacher et une morale un peu trop chrétienne à mon goût. Cependant, c’était ma première confrontation avec le texte qui a inspiré mon Disney préféré depuis toujours, donc je lui garde une certaine tendresse. Même si je soupçonne les Studios de Mickey d’avoir puisé leur inspiration dans les deux textes : la fameuse scène de la découverte de la bibliothèque ♥  Il n’y a pas de mention de bibliothèque dans l’écrit de Mme Leprince de Beaumont.

Bibliothèque de Belle - Image

 

Dans sa version de l’histoire, Mme de Villeneuve laisse parler son imagination et nous conte une Belle et une Bête beaucoup plus attachantes, on découvre petit à petit l’étendue de la magie du château avec les déambullations de la Belle. Tout y est décrit depuis son point de vue dans la première partie : c’est-à-dire jusqu’à sa visite chez son père. Je me suis laissée portée par la féérie de la plume, par les évènements et les nombreuses surprises qui accueillent notre héroïne tous les jours : les tenues somptueuses, le château enchanté et ses pièces richement décorées, les jardins, les animaux (oiseaux et singes) qu’elle y rencontre, les spectacles auxquels elle assiste… Elle apprend ainsi à connaître petit à petit la Bête, et les rêves qui l’habitent toutes les nuits la poussent à la réflexion. Là nous retrouvons la trame bien connue de tous de l’histoire, mais avec beaucoup plus de détails.

La seconde partie de l’histoire cependant m’était inconnue avant sa lecture, et j’ai vraiment apprécié de la découvrir ! Une « dame » nous y explique comment le Prince est devenu la Bête, ainsi que l’importance de la Belle dans sa métamorphose, mais aussi un pan de l’histoire que je n’aurais jamais soupçonné. C’est riche en informations, et en magie ! Je n’en dis pas plus afin que vous le découvriez vous-même ! C’est court, bien écrit, féérique et ça m’a surprit à bien des égards !

Je conseille vivement la lecture de ce texte court et peu onéreux !!!

 

PS : Un point cependant m’a surprit dans les deux textes : la rose cueillie par le père et qui amena la Belle chez la Bête n’a plus aucune importance dans l’histoire, alors que dans le dessin-animé de Disney elle y a, au contraire, une place primordiale !

Intensité du coup de coeur

« »

© 2017 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.