Effectuez une recherche :

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 102 autres abonnés

CHARLESTON

Il fallait que je vous le dise, Aude Mermilliod

Il fallait que je vous le dise - CouvertureRésumé :

« La rencontre de la dessinatrice Aude Mermilliod et du romancier Martin Winckler. Deux voix pour rompre le silence sur un sujet encore tabou, l’IVG.

Si elle donne le choix, l’IVG ne reste pas moins un évènement traumatique dans une vie de femme. Et d’autant plus douloureux qu’on le garde pour soi, qu’on ne sait pas dire l’ambivalence des sentiments et des représentations qui l’accompagnent. L’angoisse, la culpabilité, la solitude, la souffrance physique, l’impossibilité surtout de pouvoir partager son expérience. Avec ce livre, Aude Mermilliod rompt le silence, mêlant son témoignage de patiente à celui du médecin Martin Winckler. Leur deux parcours se rejoignent et se répondent dans un livre fort, nécessaire et apaisé. »

Coup de Cœur :

Un roman graphique fort et indispensable.

J’ai découvert Aude Mermilliod avec son adaptation du roman de Martin Winckler, Le Chœur des femmes, un roman graphique qui m’avait profondément touché. J’ai donc ouvert avec beaucoup d’impatience ce récit inspiré de son expérience personnelle.

Cet album est le fruit d’une rencontre : celle d’une jeune autrice et d’un médecin, humaniste et écrivain. Chacun à leur tour, ils vont livrer un bout de leur histoire liée à un sujet malheureusement encore tabou chez beaucoup de monde, l’avortement.

Montréal, janvier 2017, ils ont rendez-vous dans un café, elle vient d’écrire un scénario de bande-dessinée, et elle a besoin de son avis. Pour être sûre qu’il comprenne toute sa démarche, elle revient sur toute l’histoire.

Bruxelles, 2011, Aude est serveuse, et elle sort d’une relation de trois ans. Pour diminuer sa peine, elle enchaine les petites histoires. Quand elle découvre qu’elle est enceinte, c’est un choc, elle est sous stérilet et elle ne compte être maman tout de suite, surtout en n’étant pas en couple avec le père. Elle décide donc d’avoir recours à une IVG, et son parcours est tristement banal, avec un gynécologue peu empathique. Heureusement, certains de ses amis et membres de sa famille sont attentifs au tsunami émotionnel qu’elle est occupé à vivre : « Aucune femme ne recourt de gaité de cœur à l’avortement. » pour citer Simone Veil lors de son célèbre discours. Même en ayant fait ce choix volontairement, Aude est traumatisée dans sa vie de femme, elle se débat avec l’ambivalence des sentiments qui la bousculent : angoisse, culpabilité, solitude, souffrance physique et psychologique… Avec ce témoignage, Aude Mermilliod rompre le silence, elle désire livrer son histoire à d’autres femmes dans la même situation qu’elle.

La seconde partie du roman graphique donne la voix à Martin Winckler qui raconte son parcours de médecin, son apprentissage de l’avortement et son investissement pour combattre les violences obstétricales. Il raconte ses études, la victoire des 343 et 331 quand la loi Veil est enfin votée, et surtout la complexité de sa mise en œuvre : les centres médicaux n’étaient pas équipés, les médecins formés à l’acte médicale, mais pas à la psychologie pour accompagner ces femmes dans leur détresse. C’est un apprentissage qui attend ces hommes et ces femmes afin de venir en aide sans juger ces femmes à un moment difficile de leur vie.

Une bande-dessinée éclairante qui mêle avec intelligence le témoignage poignant, sensible d’une patience et celui éclairant d’un médecin. L’autrice nous accueille dans son intimité sans provoquer de gène grâce à la délicatesse du scénario, à la finesse du dessin. Une histoire profondément humaine qui offre sa juste place au corps de femmes.

Un album didactique, humain, puissant, indispensable et à partager tout autour de soi !

Il fallait que je vous le dise - illustration

Intensité du coup de coeur
« »

© 2024 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.