La vie heureuse - CouvertureRésumé :

« Jamais aucune époque n’a autant été marquée par le désir de changer de vie. Nous voulons tous, à un moment de notre existence, être un autre. »

Coup de Cœur :

Retrouvailles avec la plume poétique de l’auteur ! Après Nos séparations, La Délicatesse (un de mes préférés), Les Souvenirs et le magnifique Charlotte, j’ai mis près de dix ans à lire à nouveau un des ces romans.

Qu’est-ce que une vie heureuse?
C’est la question que se pose David Foenkinos dans son dernier roman. Il n’offre pas de réponse, il nous raconte le parcours d’un homme et d’une femme qui tentent d’y répondre.
Éric, divorcé depuis peu, travaille depuis de longues années pour Décathlon, où il a gravi progressivement les échelons. Un jour, il est contacté par Amélie avec qui il était au lycée. Elle le débauche pour devenir un de ses collaborateurs, elle travaille pour le secrétaire d’Etat au commerce extérieur. Rapidement, il s’intègre professionnellement à l’équipe, il voyage avec elle pour présenter les projets. Un investissement considérable les amène à organiser un voyage en Corée, à Séoul, afin de convaincre Samsung d’implanter une usine en France. Il y a un très gros travail de préparation, un dossier important à préparer. Ce séjour là bas sera le début du changement, plus rien ne sera comme avant à leur retour dans l’Hexagone…

Les deux protagonistes sont très différents, rien ne les unit à par leurs origines bretonnes et le lycée. Eric mène une vie classique, il est un peu déprimé depuis son divorce et il sait qu’il ne se bat pas assez pour voir plus souvent son fils. Il n’a pas non plus terminé son travail de deuil du décès de son père et sa mère lui en veut toujours. Amélie est carriériste, une ambitieuse qui fait passer sa carrière au premier plan tout en gérant une vie de famille avec son mari et leurs deux filles. Elle mise tout sur son travail, l’image qu’elle reflète.

David Foenkinos a écrit une histoire ancrée dans la société d’aujourd’hui, avec des protagonistes contemporains. C’est compliqué de trouver l’épanouissement, le bonheur, la sérénité. Le climat anxiogène, le poids des structures, la pression sociale rend la vie quotidienne plus difficile. Nous sommes tous susceptibles de désirer un changement plus ou moins radical, d’avoir besoin de changer de direction.

L’histoire, douce-amère, est racontée par plusieurs narrateurs, ils expriment leurs ressentis, leurs questionnements, leurs peurs… C’est tendre, plein de fantaisie, et parfois même un brin loufoque. Et si la mort donnait envie de vivre?

Un roman touchant, plutôt optimiste, avec quelques touches d’humour, beaucoup de bienveillance et une certaine dose de réalisme.

Citations :

* L’homme heureux est celui qui aime ce qu’il a

* C’était peut-être ça, le principal effet de la thérapie : une furieuse envie d’immédiat.

* Un instant, elle pensa : « Suis-je aussi vieille que ça ? » On ne vieillit réellement qu’en voyant ceux de notre âge vieillir.

* Les échecs des autres nous soulagent toujours un peu des nôtres.

Intensité du coup de coeur