Effectuez une recherche :

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 109 autres abonnés

CHARLESTON

Pachinko, Min Jin Lee

Pachinko - CouvertureRésumé :

« L’histoire nous a failli, mais qu’importe.

Début des années 1930.

Dans un petit village coréen, la jeune Sunja se laisse séduire par les belles paroles et tendres attentions d’un riche étranger. Lorsqu’elle découvre qu’elle est enceinte et que son amant est déjà marié, elle est confrontée à un choix : devenir, comme tant d’autres jeunes femmes dans sa situation, une seconde épouse, une « épouse coréenne » ou couvrir sa famille de déshonneur. Elle choisira une troisième voie : le mariage avec Isak, un pasteur chrétien qu’elle connaît à peine et qui lui offre une nouvelle existence au Japon. Cette décision est le point de départ d’un douloureux exil qui s’étendra sur huit décennies et quatre générations.

Avec une justesse historique remarquable et une écriture précise et dépouillée, Min Jin Lee nous offre, à travers un siècle de relations nippo-coréennes, un hymne intime et poignant à tous les sacrifices que font les immigrés pour trouver leur place en pays étrangers.

« UN VÉRITABLE HOMMAGE AUX GENS QUE L’HISTOIRE SEMBLE DÉTERMINÉE À EFFACER. »

The Guardian »

Coup de cœur :

Tout d’abord un immense merci aux éditions Charleston de m’avoir envoyé ce titre et de l’avoir traduit en français, ce fut une lecture incroyablement puissante !
Je connaissais déjà un tout petit élément des relations entre la Corée et le Japon grâce à l’incroyable Filles de la mer de Mary Lynn Bracht, ce roman nous donne une autre vision grâce à l’histoire d’une famille qui subira de plein fouet les conséquences de la domination japonaise.

Un récit très dense, complexe et émouvant d’une famille d’origine coréenne qui se déroule sur quatre générations au cours du XXème siècle. L’histoire débute en Corée sous l’occupation japonaise, puis continue au Japon, au pays du Soleil-Levant.

Dés les premières pages, j’ai compris que cette lecture ne serait pas comme les autres, j’ai directement été séduite par la plume de l’autrice, le ton qu’elle a donné à l’histoire, toujours juste, sans jamais tomber dans le larmoyant et le pathos.

Tout commence en Corée dans un petit village de pêcheurs, par une banale histoire de séduction qui tourne mal : la douce, confiante et innocente Sunja succombe aux avances élégantes d’un riche japonais. Quand elle découvre sa grossesse, elle apprend aussi que son amant est déjà marié et que sa réputation est désormais perdue. Dans son malheur, elle aura de la chance, un pasteur chrétien, Isak, qui loge dans la modeste pension qu’elle gère avec sa mère Yangjin, accepte de l’épouser pour payer sa dette. En effet, gravement malade, les deux femmes ont pris soin de lui, l’ont logé et nourri jusqu’à sa guérison. Il décide de sauver l’honneur de la jeune femme en l’épousant et en l’emmenant avec lui au Japon, à Osaka, retrouver son frère Yoseb et sa belle-sœur Kyunghee. Cette dernière deviendra une vraie soeur pour Sunja. Isak y a accepté un poste de religieux pour assister le Pasteur Yoo de l’église presbytérienne de Hanguk.
Une nouvelle vie commence pour le jeune couple qui va rapidement accueillir son premier enfant…

J’ai été impressionnée par le courage, la persévérance, la capacité d’adaptation des protagonistes. Ils surmontent les épreuves physiques et psychologiques avec un dévouement et une résilience qui force le respect ! Sunja est une héroïne pour qui j’éprouve une grande admiration !
L’autrice a fait preuve d’un grand travail de reconstitution historique, c’est impressionnant, j’apprends énormément sur cette partie méconnue de l’histoire du Japon, et le traitement subit par la population coréenne qui y habitait!
Quelle vie ! Que d’épreuves !

Quelle histoire passionnante et tellement touchante ! Une vraie leçon d’histoire, d’amour, de courage! Elle met en lumière de nombreuses injustices, et à quel point les êtres humains sont capables du pire comme du meilleur !
Le roman évite de résumer des situations, il plonge complètement dans la problématique, et nous parle des étrangers, des minorités, de toutes ces personnes privées de leurs droits. L’autrice nous raconte comment les sentiments de honte et de culpabilité sont puissants, comment chaque personnage, considéré comme « citoyen de seconde zone par l’état japonais » se retrouve à devoir faire des sacrifices douloureux…
Certaines scènes sont d’une incroyable justesse dans la retranscription des émotions, du courage, de l’honneur qui caractérise les personnages.
Via le destin des différents membres de cette famille, Min Jin Lee décrit le racisme, le mépris, le dédain des japonais envers les Coréens, toute la cruauté et les difficultés qu’ils subissent au quotidien. Elle explore également la Seconde Guerre Mondiale au Japon, à travers le regard des immigrés coréens forcé d’adhérer à la politique nippone et de participer à l’effort de guerre.

C’est à la fois une leçon d’histoire, de résilience, de courage, de choix…
Un roman magnifique qui mêle la petite histoire à la grande. Après 600 pages, je n’avais pas envie de laisser les personnages, j’avais envie de continuer d’explorer leur vie, et de continuer d’en apprendre sur cette injuste situation, sur cette période historique qui nous emmène jusqu’à la fin du XXème siècle !

Un article vraiment compliqué à écrire : j’espère avoir réussi à transmettre au moins une petite partie des nombreuses émotions ressenties au cours de ma lecture, et que je vous donne envie de découvrir à votre tour l’incroyable destin de Sunja et de sa famille !

Citations :

– Le destin d’une femme est de travailler et de souffrir. Souffrir, et souffrir encore.

– Absorbe tout le savoir que tu pourras. Remplis ton cerveau de connaissances – c’est la seule forme de pouvoir que personne ne pourra jamais te reprendre.

– Il faut faire preuve d’une grande bravoure pour vivre chaque jour en présence de ceux qui refusent de reconnaître ton individualité.

Lectrice Charleston 2017 - Logo

Intensité du coup de coeur
« »

© 2021 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.