Love Theoretically - CouvertureRésumé :

« – Je te hais depuis le jour où j’ai entendu ton nom pour la première fois. Je te hais depuis que j’ai lu dans le Scientific American ce que tu avais fait. Je te hais depuis l’âge de douze ans. Je te hais plus que tu ne me hais, depuis plus longtemps et pour de meilleures raisons.
Jack n’a plus du tout l’air amusé. Et pour moi, c’est une première. La première fois que je suis vraiment moi-même. J’en éprouve un sentiment nouveau, inconnu, bizarre – que j’adore.

En pratique, Elsie sort avec Greg. Enfin, c’est ce qu’ils font croire. Le soir, pour arrondir ses fins de mois, Elsie loue ses services de fausse petite amie idéale. Et le jour, elle trime dans les amphis et croule sous les copies d’étudiants dont la grand-mère vient encore de mourir. Son rêve de toujours ? Être chercheuse titulaire ! Alors quand le département de physique du MIT ouvre un poste, Elsie ne perd pas une seconde. Seul accroc : Jack Smith, l’un des recruteurs (et, accessoirement, un brillant scientifique aussi arrogant que sexy), est prêt à tout pour placer son propre poulain… Mais rien ne se mettra entre elle et ce poste, même pas ses biceps à défier les lois de la gravité. En théorie, tout devrait bien se passer, non ? »

Coup de Cœur :

A peine reçu, je l’ai dévoré en moins de deux soirées ! Ayant été séduite par The Love Hypothesis et Love on the Brain, je n’ai même pas lu le résumé 😉

Elsie est professeur vacataire et elle déteste son job, qui en plus est très mal payé. Elle est obligée de vivre en colocation, et d’avoir un job supplémentaire sur le côté pour payer les factures. Son rêve : être chercheuse titulaire en physique théorique. Quand elle apprend qu’un poste s’ouvre au MIT, elle met tout en œuvre pour obtenir le job. Le hic, un des recruteurs, Jack Smith, aussi sexy qu’arrogant, est bien décidé à placer à son propre poulain. Et surtout, il croit la connaître comme la petite amie de son petit frère, une bibliothécaire qui n’y connaît rien à la physique. En effet, son deuxième boulot, dont elle n’est guère fière, ce sont des fake-dating rémunérés pour une seule et unique soirée. Greg est le seul pour qui elle fait une exception, elle accepte depuis plusieurs mois maintenant de l’accompagner à diverses fêtes de famille afin que sa mère lui foute la paix. Ils entretiennent une jolie amitié, et elle sait qu’il ne lui demandera jamais rien de déplacé contrairement à d’autres de ses clients. Sa rencontre professionnelle avec Jack commence sur de mauvaises bases, et plusieurs malentendus vont se succéder.
La jeune femme est bien décidée à remporter le défi haut la main !

Elsie est un personnage vraiment attachant : elle est passionnée par la physique théorique, elle a fait de nombreux sacrifices pour obtenir son doctorat et elle veut quitter ce post de prof vacataire qui l’épuise tant physiquement que psychologiquement. Heureusement, elle peut compter sur le soutien de sa colocataire et amie, Cece, même si son hérisson de compagnie, Hérizabeth, est parfois envahissante et elle a la vilaine tendance à se transformer en souris d’ordinateur. Mais elle a un gros défaut, elle a peur du regard des autres, et elle adapte toujours sa personnalité à ses interlocuteurs pour leur plaire et se fondre dans la masse. Elle souffre de diabète, elle aurait bien besoin d’une vraie assurance médicale pour enfin obtenir des soins de qualités. La jeune femme est intelligente, courageuse, volontaire, mais ses peurs ont conditionné son quotidien. Elle s’est égarée dans sa propre vie sans même s’en rendre compte, à toujours vouloir se conformer aux attentes de son entourage au détriment de son bien-être.

Jack, on le découvre sous le regard d’Elsie, et au début, comme elle, on le prend pour un connard. Au fur et à mesure, on découvre un homme passionné par son travail, attentif aux autres, respectueux et même prévenant. Une vraie relation saine, équilibrée et mignonne va naître entre eux. Il a vécu un drame dans son enfance, mais il ne s’en sert pas comme prétexte pour avoir des comportements malsains, bien au contraire. Alors, il a fait quelques bêtises, comme de nombreux adolescents, et quand on apprend les raisons, il devient difficile de lui en vouloir. Leur relation est néanmoins explosive, on sent une vraie tension et alchimie amoureuse entre eux.

Leur relation va se créer progressivement, en douceur, à mesure qu’ils apprennent à se connaître, à se faire confiance, en dévoilant leurs failles. Il va se révéler être un vrai soutien pour Elsie, en l’épaulant pour se libérer de certaines chaînes, et enfin être elle-même.

Avec les enjeux professionnels d’Elsie, on en apprend plus sur le travails dans le milieu universitaire scientifique, les bourses, les emplois de professeurs vacataire, la difficulté d’obtenir un post de chercheur, la manipulation de certains scientifiques, les rivalités, les dérives hiérarchiques, le patriarcat, le sexisme …

Il y a de la science bien sûr (la patte de l’autrice), beaucoup d’humour, des rebondissements, quelques scènes gentiment épicées, de la tendresse, de l’amitié et même un clin d’œil à The Love Hypothesis (au passage, je veux une roman dans lequel on retrouve les protagonistes de ces trois romans) ^^

Une comédie romantique comme je les adore : légère, amusante, et très agréable !

Citations :

* Or je suis vacataire, et je fais du fake-dating pour mettre du beurre dans mes épinards. Charge d’enseignement: cent pour cent. Charge de désespoir: incalculable.

* Il s’agit de lui et de moi. D’une possibilité. Bien au-delà de nous-mêmes.

* Pour répondre aux questions qui suivent couramment: je n’embrasse pas, je ne me frotte pas, je ne pratique pas le dirty talk, ni le striptease, je ne suce pas, je ne branle pas. Non, ni branlette espagnole ni aucune autre branlette d’aucun autre pays. Golden shower, non. Fétichisme des pieds, non. Bref, on oublie les orgasmes en ma présence.

* Conformément à la politique Fake, je ne révèle rien à mes clients, ni mon identité, ni mon vrai métier, ni mes véritables opinions sur la coriandre (excellente, a condition d’aimer le goût du savon).

* A quand remonte la dernière fois que tu as été vraiment sincère avec quelqu’un, Elsie ?

* C’est plus facile. De ne jamais montrer ta véritable personnalité. Quand on est soi-même, quand on s’investit, on prend des risques ; on s’expose, on est vulnérable.

Intensité du coup de coeur