Effectuez une recherche :

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 107 autres abonnés

CHARLESTON

Prendre la vie comme elle vient, Carène Ponte

Prendre la vie comme elle vient - CouvertureRésumé :

« « Qu’est-ce que je faisais exactement à cet instant-là ? J’aurai beau me concentrer de toutes mes forces, fermer les yeux pour mieux visualiser, jamais je ne parviendrai à me souvenir. Est-ce que j’avais un livre dans la main ? Étais-je en train de sourire en pensant à la Toscane ?
On devrait être prévenu que la vie va basculer. Juste pour avoir le temps de graver dans sa mémoire la saveur de l’insouciance. »

Le jour où son mari Aymeric est victime d’un grave accident de voiture, Alice voit sa vie s’écrouler. Face à l’incertitude du destin, elle va devoir s’adapter aux épreuves qui croiseront sa route. Et se réinventer, pour que l’espoir triomphe. »

Coup de Cœur :

Merci Carène Ponte pour cet excellent moment de lecture ! Je l’ai dévoré en un dimanche après-midi, et j’ai eu besoin d’un gros câlin pour compenser les nombreuses larmes qui ont coulé au cours de ma lecture.
J’ai découvert la plume de l’autrice assez tardivement avec sa première comédie de Noël Vous faites quoi pour Noël?, que de fous-rire, depuis je ne m’en lasse pas : La lumière était si parfaite, un roman pétillant, Vous faites quoi pour Noël? On se marie ! qui m’a emmené à nouveau à Santa-les-Deux-Sapins, Et que quelqu’un vous tende la main, une belle ode à l’amitié, Vous reprendrez bien un peu de magie pour Noël?, encore une belle comédie de Noël lue cet hiver !

Alice et Aymeric sont heureux depuis 20 ans ensemble lorsqu’un accident de voiture le fauche et le plonge dans un profond coma. C’est l’univers d’Alice qui s’écroule, tous ce qu’ils ont construit au fil des années implosent : comment continuer à vivre quand votre moitié depuis de si longues années n’est plus là et que vous ne savez pas si il va s’en sortir, ni comment. L’issue est impossible à prévoir, tout est possible, au delà de l’imaginable, et c’est ça qui effraye. Vivre l’un sans l’autre est inenvisageable.
Au fil des pages, l’héroïne se souvient de son enfance, de ses relations compliquées avec sa famille, de sa rencontre avec Aymeric et sa petite sœur Sophie, qui est devenue sa petite sœur de cœur. Elle raconte comment leur amour a surmonté les caprices de la nature qui leur a refusé un enfant, leur quotidien, leur complicité, leurs joies, leurs peines…

A travers trois axes complètement différents, trois hypothèses, l’autrice raconte différentes possibilités de suite à ce tragique accident. Quoiqu’il arrive, quelque soit la décision du destin, la vie sera différente, tout va changer. Carène Ponte offre un récit qui démontre le courage des êtres humains, leur facultés de résilience phénoménales, les ressources personnelles qu’une personne en souffrance est capable de réveiller. Même dans les pires situations, il y a toujours un peu de positif, il y a toujours un enseignement à en retirer.
Un roman puissant, avec des personnages complexes et attachants, des thématiques graves (maternité, stérilité, adultère, pardon, amnésie), une plume captivante, fluide et sensible, des petites pointes d’ironie bien senties qui apportent des petits moments de légèreté et une construction originale jusqu’aux dernières pages !

Une très belle histoire d’Amour, de reconstruction, d’espoir, d’amitié, d’adaptation.
Préparez les mouchoirs !

Citations :

* On devrait être prévenu que la vie va basculer. Gagner ne serait- ce qu’une poignée de secondes d’avance. Juste pour avoir le temps de graver dans sa mémoire la saveur de l’insouciance.

* Pourquoi conserve-t-on des souvenirs de ceux qui ne sont plus là ? Les souvenirs sont comme des plaies qui jamais ne cicatrisent.

* Je choisis l’optimisme. Il va s’en sortir parce que jamais il ne te laisserait, jamais. Il t’aime comme un fou, il ne te ferait jamais un coup pareil.

* Je prenais notre couple, notre vie, pour un acquis. La vérité, c’est que rien n’est définitif.

* Longtemps je serai hantée par cette question: qu’est- ce que je faisais exactement à cet instant- là ? Et j’aurai beau me concentrer de toutes mes forces, fermer les yeux pour mieux visualiser, jamais je ne parviendrai à me souvenir.

* Parce que la vie est ainsi faite. Elle se bat toujours pour reprendre sa place.

Intensité du coup de coeur
« »

© 2023 Les petites lectures de Scarlett. Theme by Anders Norén.